eco TV
Marchés, climat des affaires : à quand le retour de balancier ? 07/02/2017

Après l’euphorie, retour à la réalité ? Il est fort à parier, soit parce que la croissance ne répond pas aux attentes, soit parce que les taux US montent plus que prévu. Le risque de chocs exogènes comme la montée du protectionnisme est un autre facteur de préoccupation.

TRANSCRIPT // Marchés, climat des affaires : à quand le retour de balancier ? : février 2017

François Doux : Aux Etats-Unis en ce début d’année 2017, tant les statistiques économiques que les marchés financiers sont très optimismes. William de Vijlder, bonjour.

 

William De Vijlder : Bonjour.

 

François Doux : William, doit-on s’attendre à un retour de balancier sachant que cette tendance est plutôt claire ?

 

William De Vijlder : La tendance a été claire. Effectivement, les statistiques ont largement dépassé les attentes des économistes. La bourse a très bien évolué depuis l’élection de monsieur Trump. Tout ceci avec en toile de fond un optimisme par rapport aux perspectives de croissance et de relance budgétaire.

 

François Doux : Et qu’est-ce qui peut provoquer ce retour de balancier ?

 

William De Vijlder : Un des facteurs pourrait être le fait que l’on se rende compte que nous avons été finalement trop optimistes et que la réalité ne correspond pas aux espoirs. Notamment au niveau de l’ampleur de la relance budgétaire ou de ses conséquences. Dans ce scénario, la bourse commencerait à avoir un comportement très chahuté, les taux longs baisseraient, les perspectives d’un resserrement monétaire et le dollar baisseraient, etc…

 

François Doux : Et William, si la croissance est au rendez-vous, si le climat des affaires est bon, le chômage etc…Qu’est ce qui se passe ?

 

William De Vijlder : Alors on est dans le schéma tout à fait contraire, c’est-à-dire que la perspective d’un resserrement plus agressif de la Fed va commencer à dominer les esprits. Les taux longs vont monter d’une manière plus significative, ce qui finirait par peser sur les perspectives boursières bien évidemment parce que quand les taux montent, cela pénalise. Et on aurait également un dollar plus fort.

 

François Doux : Donc ce retour de balancier. C’est une année 2017 avec des changements de direction en particulier aux Etats-Unis auxquels il faut s’attendre.

 

William De Vijlder : Effectivement, dans un monde idéal on arrive à avoir une croissance suffisante sans être exagérée. Ce qui permettrait une grande sérénité dans le marché obligataire, dans le marché boursier, et la Réserve fédérale continuerait à resserrer mais sans vraiment y aller de manière agressive.

 

François Doux : Le monde idéal n’existe pas toujours !

 

William De Vijlder : Oui, c’est rarissime. Ce point est d’autant plus important qu’entre-temps on ne peut pas exclure qu’il y ait des chocs exogènes. Par exemple, il faut mentionner à ce propos le risque d’une montée du protectionnisme qui pourrait même provoquer des mesures à l’encontre des Etats-Unis. On se retrouverait alors dans une situation perdant/perdant.

 

François Doux : Merci William de Vijlder pour ce point cette année 2017, en particulier aux Etats-Unis.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Origin of Symmetry 17/03/2017
La Fed réitère l’exploit d’une hausse de taux dans la souplesse, 25 points de base de plus, annoncés sur fond de prévisions inchangées, du rappel de la faiblesse du taux neutre et, surtout, la confirmation de la symétrie de l’objectif d’inflation.
Exploit réitéré 17/03/2017
Une nouvelle hausse de taux aux Etats-Unis. Une symétrie assumée pour l’objectif d’inflation. 
Parfois, le doute n'est plus permis 10/03/2017
C’est une réunion sans suspense qui s’ouvrira mardi pour le FOMC. La semaine dernière, Janet Yellen donnait à une hausse de taux un feu vert sous condition, condition qui a été levée par le rapport emploi.
Etats-Unis : la prochaine réunion de la Réserve fédérale, un non-événement 08/03/2017
L’art subtil d’orienter les attentes des marchés devrait faire de la réunion du FOMC des 14 et 15 mars prochains un non-événement : au vu des données publiées et, surtout, des allusions des responsables de la Fed, dont Janet Yellen, à un resserrement, la probabilité d’une hausse de taux de 25 points de base, telle qu’évaluée par les marchés de taux, a fortement augmenté ces dernières semaines. Elle est désormais la même que celle qui avait précédé le resserrement de décembre 2016. Cela implique avec une quasi-certitude une remontée du taux officiel. Les orientations fournies par la Fed permettant aux marchés de s’adapter, il n’y aura plus de surprise au moment de la hausse. La publication de bons chiffres de l’emploi vendredi prochain aura peu d’impact, les investisseurs étant déjà persuadés d’un relèvement du taux officiel. Mais des chiffres très décevants pourraient semer un doute de dernière minute quant à ce mouvement.
My Taylor is poor 08/03/2017
Si l’indépendance de la Fed venait à être remise en question, ce serait via l’amendement de la loi de 1913, et probablement par une restriction de la discrétion dont bénéficie aujourd’hui le FOMC. En clair, l’introduction d’une règle de politique monétaire, comme celle que Taylor présentait il y a vingt-cinq ans.
Pas de nouvelle, fausse nouvelle ? 03/03/2017
Trump répète ses promesses de campagne sans plus de détails. L’hypothèse d’une relance budgétaire s’éloigne.
La Fed sait qu’elle ne sait pas 24/02/2017
Les membres du FOMC soulignent l’étendue des incertitudes pesant sur la politique budgétaire. Dans le doute abstiens-toi ?
Reflation ? 17/02/2017
Les données publiées cette semaine illustrent un rebond de l’activité et de l’inflation. Il est peut-être trop tôt pour y voir les premiers signes de la reflation attendue par certains…
Etats-Unis : L'incertitude domine 03/02/2017
Le FOMC a laissé ses taux inchangés, n’amendant que marginalement son communiqué de presse. Face à l’absence de détails quant à la politique budgétaire, l’exercice de prévision se complique…
Attentisme 03/02/2017
La Fed est en mode “wait and see”. L’inflation va rejoindre la cible : la Fed en est de plus en plus convaincue. Mais l’absence de détails quant au volet budgétaire du policy-mix complique l’exercice de prévision…

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1459 articles et 358 vidéos