eco TV
Pourquoi la France perd des parts de marché ? 07/02/2017

Les parts de marché de la France à l'exportation se stabilisent, mais après avoir beaucoup baissé. Explications.

TRANSCRIPT // Pourquoi la France perd des parts de marché ? : février 2017

François Doux : Pour ce graphique du mois nous parlons de la France et de sa place dans le commerce international mondial. Bonjour Jean-Luc Proutat.

 

Jean-Luc Proutat : Bonjour François.

 

François Doux : Jean-Luc, sur ce graphique on le voit : la France perd des parts de marché au niveau des exportations mondiales. On était aux alentours de 6% à la fin des années 90, aujourd’hui on est à peine à 3%. Pourquoi ?

 

Jean-Luc Proutat : On peut commencer par dire que ce n’est pas un phénomène propre à la France. Tous les grands pays développés connaissent des pertes de parts de marché depuis une vingtaine d’années, y compris l’Allemagne. C’est simplement lié au fait qu’il y a de plus en plus d’acteurs sur la scène du commerce international. Avec 3% de part de marché, la France reste au cinquième ou sixième rang des exportateurs mondiaux.

 

François Doux : Donc, tout ne va pas si mal ?

 

Jean-Luc Proutat : Alors effectivement, on pourrait penser que tout ne va pas si mal. Ceci dit, la France a structurellement des difficultés à équilibrer sa balance commerciale. Et elle a perdu beaucoup de parts de marché, davantage que ses principaux voisins et concurrents. 

 

François Doux : Et de ce fait, l’appartenance à la zone Euro a-t-elle eu un impact ?

 

Jean-Luc Proutat : C’est difficile de dire que cela a eu un impact parce que la France appartient à la zone euro mais le Royaume-Uni, qui n’est pas dans la zone Euro, a connu également une érosion assez importante de ses parts de marché. En fait, on relève surtout les difficultés propres à la France à rester compétitive sur ces marchés mondiaux.

 

François Doux : La fameuse question des coûts de production.

 

Jean-Luc Proutat : C’est la question des coûts de production mais pas seulement. Il est vrai que depuis une vingtaine d’années, les entreprises françaises ont connu une hausse assez marquée de leurs coûts salariaux, notamment indirects, comme les cotisations employeurs. C’est une des causes que relève l’Insee pour expliquer ce phénomène, mais aussi la compétitivité hors coûts. Tous les services attenants attachés aux produits que l’on exporte : marketing, commercialisation, service après-vente, qualité perçue des marques. Et là, notamment vis-à-vis de l’Allemagne, on a perdu quelques rangs.

 

François Doux : Quand on regarde cette courbe, depuis 2012/2013 cela se stabilise, voire cela se redresse un peu, pourquoi ?

 

Jean-Luc Proutat : On peut penser à la baisse de l’euro, c’est un facteur d’explication. Mais aussi, dans le sillage du rapport Gallois, à la réorientation de la politique économique plus favorable aux entreprises et à l’offre qui a permis de stabiliser la compétitivité-coût de la France à l’exportation.

 

François Doux : Merci Jean-Luc Proutat pour ce point sur les exportations françaises.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

France : qu'attendre de la réforme du code du travail ? 18/09/2017
Depuis la seconde moitié des années 1980, le taux de chômage français n’est jamais durablement descendu en deçà de 8%. C’est sur ce constat, davantage que sur celui de la progression du chômage durant la crise, qu’entend se fonder la réforme du code du travail. Les effets devraient être positifs à moyen terme. A court terme, la question est plus délicate : la littérature indique que le point de départ importe lorsqu’il s’agit d’évaluer les effets à court terme des réformes structurelles.
France : la croissance sur un bon rythme 15/09/2017
Depuis la fin 2016, la croissance française est sur un bon rythme. Nous nous interrogeons sur son potentiel d’accélération.
La conjoncture reste bien orientée 08/09/2017
Les indicateurs économiques français publiés au cours des dernières semaines ont été plutôt en ligne avec les attentes tout en restant dans une bonne dynamique conjoncturelle.
Croissance au rendez-vous 28/07/2017
Au deuxième trimestre 2017, la croissance française a été de 0,5% en rythme trimestriel, une évolution en ligne avec nos attentes et qui installe la reprise sur un bon rythme. La décomposition de la croissance consolide le chiffre global : contribution de la demande intérieure finale de +0,4 point, augmentée de celle de +0,8 point du commerce extérieur et diminuée de celle de -0,6 point des variations de stocks. La croissance a été tirée vers le haut par le rebond (limité) de la consommation des ménages et celui (très marqué) des exportations ainsi que par le dynamisme non démenti de l’investissement en logements. L’investissement des entreprises a, en revanche, fortement ralenti, un contrecoup dû à l’expiration de la mesure de suramortissement. Au regard de la nouvelle amélioration des enquêtes de l’INSEE, sur le climat des affaires en juillet, les perspectives immédiates de croissance restent bonnes. A la faveur des chiffres publiés ce jour, notre prévision de croissance pour 2017 est rehaussée de 1,6% à 1,7% en moyenne annuelle. Elle se maintiendrait à ce rythme en 2018. La question de l’effet net sur la croissance des mesures fiscales et budgétaires défendues par le nouvel exécutif (négatif ou positif) reste à trancher.
Sur la voie du redressement 25/07/2017
De retour depuis 2013, la croissance reste limitée à 1%. Ce manque de vigueur, pour partie conjoncturel, a aussi des racines structurelles, telles que la faiblesse du taux d’activité et des gains de productivité. Mais leurs marges de progression laissent entrevoir des réserves importantes de croissance facilement mobilisables, pourvu que les bonnes réformes soient mises en œuvre. La faiblesse de la croissance est aussi liée à celle de la compétitivité dont le redressement est en bonne voie, notamment au travers de la remontée du taux de marge des entreprises. Mais des problèmes persistent, dont le coût élevé des intrants non salariaux et une compétitivité hors-prix insatisfaisante. La formation, l’innovation, la mobilité sont des leviers efficaces sur lesquels le nouveau gouvernement compte mettre l’accent, en plus de la poursuite de la politique d’allègement du coût du travail, en particulier, et de la fiscalité, en général.
France : ça va mieux, et en même temps... 10/07/2017
Les signes de redressement de l'économie française, que ce soit en termes de croissance, de compétitivité, de finances publiques ou de marché du travail, abondent mais l'amélioration reste, dans tous les cas, d'ampleur limitée.
Plus de croissance, guère plus d’inflation 06/07/2017
La croissance française accélère franchement. En 2017, elle devrait atteindre 1,6% en moyenne annuelle (après 1,1% en 2016), un chiffre révisé en hausse à la faveur d’un bon effet d’acquis et d’une dynamique conjoncturelle solide : nette amélioration des enquêtes de confiance, progression soutenue de l’emploi, taux de chômage en baisse, vigueur du marché immobilier. Les conditions monétaires et financières restent favorables. La croissance mondiale se raffermit. Les exportations et l’investissement s’annoncent comme les moteurs de la croissance en 2017 tandis que la consommation des ménages serait en retrait, ralentie par la remontée de l’inflation. Celle-ci reste néanmoins basse, contenue notamment par les surcapacités encore importantes dans l’économie.  
France : croissance plus élevée en vue 23/06/2017
La croissance française pourrait connaître une nette accélération en 2017.
France : en meilleure forme 23/06/2017
Prévision de croissance relevée à 1,6% cette année. Nouvelle amélioration du climat des affaires en juin.
Etat des lieux de l’économie française 09/06/2017
L’économie française apparaît aujourd’hui en meilleure forme qu’il y a cinq ans ; l’amélioration est toutefois d’ampleur limitée. La croissance est de retour mais elle manque encore de vigueur. Le chantier du redressement de la compétitivité a bien avancé mais il est loin d’être achevé. La réduction du déficit budgétaire s’est poursuivie et la baisse du taux de chômage est, enfin, engagée. Mais la lenteur de l’ajustement laisse les deux indicateurs à un niveau encore élevé. Aux yeux de la Commission européenne, une correction progressive des déséquilibres est en cours, au point que 2018 pourrait marquer la révision du classement de la France d’une situation de « déséquilibres excessifs » à « déséquilibres », conjointement à la probable sortie du pays de la procédure pour déficit excessif.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1605 articles et 408 vidéos