eco TV
Pourquoi la France perd des parts de marché ? 07/02/2017

Les parts de marché de la France à l'exportation se stabilisent, mais après avoir beaucoup baissé. Explications.

TRANSCRIPT // Pourquoi la France perd des parts de marché ? : février 2017

François Doux : Pour ce graphique du mois nous parlons de la France et de sa place dans le commerce international mondial. Bonjour Jean-Luc Proutat.

 

Jean-Luc Proutat : Bonjour François.

 

François Doux : Jean-Luc, sur ce graphique on le voit : la France perd des parts de marché au niveau des exportations mondiales. On était aux alentours de 6% à la fin des années 90, aujourd’hui on est à peine à 3%. Pourquoi ?

 

Jean-Luc Proutat : On peut commencer par dire que ce n’est pas un phénomène propre à la France. Tous les grands pays développés connaissent des pertes de parts de marché depuis une vingtaine d’années, y compris l’Allemagne. C’est simplement lié au fait qu’il y a de plus en plus d’acteurs sur la scène du commerce international. Avec 3% de part de marché, la France reste au cinquième ou sixième rang des exportateurs mondiaux.

 

François Doux : Donc, tout ne va pas si mal ?

 

Jean-Luc Proutat : Alors effectivement, on pourrait penser que tout ne va pas si mal. Ceci dit, la France a structurellement des difficultés à équilibrer sa balance commerciale. Et elle a perdu beaucoup de parts de marché, davantage que ses principaux voisins et concurrents. 

 

François Doux : Et de ce fait, l’appartenance à la zone Euro a-t-elle eu un impact ?

 

Jean-Luc Proutat : C’est difficile de dire que cela a eu un impact parce que la France appartient à la zone euro mais le Royaume-Uni, qui n’est pas dans la zone Euro, a connu également une érosion assez importante de ses parts de marché. En fait, on relève surtout les difficultés propres à la France à rester compétitive sur ces marchés mondiaux.

 

François Doux : La fameuse question des coûts de production.

 

Jean-Luc Proutat : C’est la question des coûts de production mais pas seulement. Il est vrai que depuis une vingtaine d’années, les entreprises françaises ont connu une hausse assez marquée de leurs coûts salariaux, notamment indirects, comme les cotisations employeurs. C’est une des causes que relève l’Insee pour expliquer ce phénomène, mais aussi la compétitivité hors coûts. Tous les services attenants attachés aux produits que l’on exporte : marketing, commercialisation, service après-vente, qualité perçue des marques. Et là, notamment vis-à-vis de l’Allemagne, on a perdu quelques rangs.

 

François Doux : Quand on regarde cette courbe, depuis 2012/2013 cela se stabilise, voire cela se redresse un peu, pourquoi ?

 

Jean-Luc Proutat : On peut penser à la baisse de l’euro, c’est un facteur d’explication. Mais aussi, dans le sillage du rapport Gallois, à la réorientation de la politique économique plus favorable aux entreprises et à l’offre qui a permis de stabiliser la compétitivité-coût de la France à l’exportation.

 

François Doux : Merci Jean-Luc Proutat pour ce point sur les exportations françaises.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

France : les premiers jalons du quinquennat Macron 14/05/2018
Une année s'est écoulée depuis la prise de fonction d'Emmanuel Macron. C'est l'occasion de dresser un premier bilan de son action sur le plan économique.
La faiblesse de la croissance au T1 en (grande?) partie passagère 04/05/2018
La décélération de la croissance au T1 2018 a été plus marquée que prévu (0,3% t/t selon la première estimation après 0,7% au T4 2017). Cette faiblesse peut être mise sur le compte de plusieurs facteurs. Il est, en revanche, difficile de faire précisément la part des choses entre ces différents facteurs. Mais, à choisir, la balance semble pencher du côté d’un ralentissement ponctuel plutôt que d’un essoufflement plus profond.
Croissance, budget, réformes en France : quoi de neuf 20/04/2018
Nouvelles prévisions de croissance, nouveau programme de stabilité, nouveau programme national de réforme : l’actualité économique de ces derniers jours a été riche.
Des attentes élevées 13/04/2018
En 2017, la croissance française  est passée à la vitesse supérieure : en moyenne annuelle, elle a atteint 2%, après 1,1% en 2016, et a terminé l’année en accélérant, sur un rythme proche de 3% l’an. 2018 serait encore une année de croissance vigoureuse (2,3%, en moyenne annuelle, d’après nos prévisions) mais selon une dynamique trimestrielle et une composition différentes. Trimestre après trimestre, la croissance plafonnerait voire décélèrerait légèrement. C’est d’ailleurs le message renvoyé par les enquêtes de confiance sur les premiers mois de l’année. Au niveau de ses moteurs, la croissance, en moyenne annuelle, serait portée par l’accélération de la consommation des ménages et des exportations qui prendrait le relais de l’investissement privé.
France : extension du domaine de l’amélioration 30/03/2018
La France présente toujours des déséquilibres macroéconomiques et budgétaires mais ils ne sont plus jugés excessifs par la Commission européenne.
France : quelles perspectives de croissance au premier trimestre 2018 ? 30/03/2018
Après avoir fait l’objet d’une nouvelle légère révision en hausse, la croissance au T4 2017 est désormais estimée à 0,7% t/t. Nous anticipons son maintien sur ce rythme au T1 2018, une prévision assortie d’un risque à la baisse au regard des indicateurs disponibles à ce jour.
France : la confiance des ménages a perdu le terrain gagné en un an 28/02/2018
En février 2018, la confiance des ménages français a accusé une baisse marquée (-4 points) et retrouvé sa moyenne de long terme (100). Ce recul résulte de la dégradation de leur jugement sur leur situation financière personnelle et le niveau de vie en France, au regard de l’évolution passée comme future. Exception notable : le solde d’opinion sur le chômage qui échappe à la baisse. Cette perte de confiance porte possiblement la trace des mesures fiscales du budget 2018 déjà effectives et d’une plus grande sensibilité aux hausses d’impôts (CSG, fiscalité sur les carburants) qu’aux baisses (cotisations chômage et maladie).  Cette détérioration, qui fait écho à celle, moins prononcée, du climat des affaires, est un signal négatif dont il ne faut pas s’inquiéter outre mesure. La confiance des ménages devrait reprendre le chemin de la hausse : l’amélioration du marché du travail va en ce sens, et plus de baisses d’impôts (taxe d’habitation, ISF, etc.) que de hausses (tabac) restent à venir.
France : Nouvelles bonnes nouvelles 23/02/2018
Les enquêtes sur le climat des affaires et la confiance des ménages ont surpris défavorablement les attentes en janvier
France : A propos du caractère inédit de la baisse du taux de chômage 23/02/2018
Les chiffres du chômage pour le quatrième trimestre 2017 ont réservé une bonne surprise, et de taille, avec une baisse d’ampleur inédite.
En marche, d'un bon pas 24/01/2018
Portée par une demande intérieure et une croissance mondiale robustes, l’économie française continue d’avancer à un bon rythme, qui s’accélère même au moment d’aborder 2018. Sa croissance atteindrait 2% en moyenne cette année, après 1,9% en 2017. Clé de voute de notre scénario, l’emploi privé verrait sa dynamique préservée, voire renforcée. Il constituerait le principal facteur de soutien au pouvoir d’achat des ménages, alors que l’effet net des mesures fiscales est sujet à débat et s’avèrerait, somme toute, limité. Le chômage est appelé à reculer davantage, et la consommation des ménages à retrouver le dynamisme qui lui manquait jusqu’ici.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1796 articles et 492 vidéos