eco TV
Pourquoi la France perd des parts de marché ? 07/02/2017

Les parts de marché de la France à l'exportation se stabilisent, mais après avoir beaucoup baissé. Explications.

TRANSCRIPT // Pourquoi la France perd des parts de marché ? : février 2017

François Doux : Pour ce graphique du mois nous parlons de la France et de sa place dans le commerce international mondial. Bonjour Jean-Luc Proutat.

 

Jean-Luc Proutat : Bonjour François.

 

François Doux : Jean-Luc, sur ce graphique on le voit : la France perd des parts de marché au niveau des exportations mondiales. On était aux alentours de 6% à la fin des années 90, aujourd’hui on est à peine à 3%. Pourquoi ?

 

Jean-Luc Proutat : On peut commencer par dire que ce n’est pas un phénomène propre à la France. Tous les grands pays développés connaissent des pertes de parts de marché depuis une vingtaine d’années, y compris l’Allemagne. C’est simplement lié au fait qu’il y a de plus en plus d’acteurs sur la scène du commerce international. Avec 3% de part de marché, la France reste au cinquième ou sixième rang des exportateurs mondiaux.

 

François Doux : Donc, tout ne va pas si mal ?

 

Jean-Luc Proutat : Alors effectivement, on pourrait penser que tout ne va pas si mal. Ceci dit, la France a structurellement des difficultés à équilibrer sa balance commerciale. Et elle a perdu beaucoup de parts de marché, davantage que ses principaux voisins et concurrents. 

 

François Doux : Et de ce fait, l’appartenance à la zone Euro a-t-elle eu un impact ?

 

Jean-Luc Proutat : C’est difficile de dire que cela a eu un impact parce que la France appartient à la zone euro mais le Royaume-Uni, qui n’est pas dans la zone Euro, a connu également une érosion assez importante de ses parts de marché. En fait, on relève surtout les difficultés propres à la France à rester compétitive sur ces marchés mondiaux.

 

François Doux : La fameuse question des coûts de production.

 

Jean-Luc Proutat : C’est la question des coûts de production mais pas seulement. Il est vrai que depuis une vingtaine d’années, les entreprises françaises ont connu une hausse assez marquée de leurs coûts salariaux, notamment indirects, comme les cotisations employeurs. C’est une des causes que relève l’Insee pour expliquer ce phénomène, mais aussi la compétitivité hors coûts. Tous les services attenants attachés aux produits que l’on exporte : marketing, commercialisation, service après-vente, qualité perçue des marques. Et là, notamment vis-à-vis de l’Allemagne, on a perdu quelques rangs.

 

François Doux : Quand on regarde cette courbe, depuis 2012/2013 cela se stabilise, voire cela se redresse un peu, pourquoi ?

 

Jean-Luc Proutat : On peut penser à la baisse de l’euro, c’est un facteur d’explication. Mais aussi, dans le sillage du rapport Gallois, à la réorientation de la politique économique plus favorable aux entreprises et à l’offre qui a permis de stabiliser la compétitivité-coût de la France à l’exportation.

 

François Doux : Merci Jean-Luc Proutat pour ce point sur les exportations françaises.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

France : le positif l'emporte sur le négatif 17/11/2017
Sur les huit indicateurs de notre baromètre, trois ont surpris à la hausse (indice composite PMI, production industrielle, consommation des ménages en biens), trois à la baisse (indice INSEE du climat des affaires, confiance des ménages, taux de chômage) et deux ont été conformes aux attentes (inflation et croissance).
France : l’emploi va-t-il poursuivre sur sa lancée ? 13/11/2017
La dynamique de l’emploi en France a été la bonne surprise de ces deux dernières années. Mais, à l’horizon des prochains trimestres, le chemin n’apparaît pas tout tracé : il n’est pas certain que cette dynamique perdure.
Croissance française : du simple au double 08/11/2017
Après avoir peiné autour d’un rythme trimestriel moyen de 0,2% de 2014 à 2016 (un peu moins de 1% annualisé), la croissance française est passée à la vitesse supérieure depuis le T4 2016. Au T3 2017, selon la première estimation de l’INSEE, le PIB a progressé de 0,5% t/t, soit le quatrième trimestre consécutif sur ce rythme voire un rythme légèrement supérieur (0,6% t/t au T4 2016 et au T2 2017). Moins volatile, la croissance trimestrielle moyenne s’élève ainsi à un peu plus de 2% annualisé. Ce changement de rythme notable pourrait durer : portée par l’ensemble de ses composantes, la croissance a aussi gagné en robustesse. Une nouvelle accélération est même du domaine du possible. Pour l’heure, son rythme plus élevé, un point au-dessus des estimations actuelles de la croissance potentielle, permet d’entamer enfin la fermeture de l’écart de production.
France : quels effets du CICE - nouveau bilan 20/10/2017
Début octobre, le Comité de suivi du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi a rendu son 5ème rapport, évaluant les effets du CICE jusqu’en 2015. Passage en revue des principales conclusions.
Budget et croissance : liaisons compliquées 18/10/2017
Le bilan des indicateurs conjoncturels publiés ces derniers mois est globalement positif (poursuite de l’amélioration du climat des affaires, dynamisme de l’emploi, nouvelle baisse du taux de chômage) et confirme la solidité de la reprise. Les perspectives de croissance à court terme, comme celles à l’horizon 2018, sont à l’avenant malgré quelques écueils sur le chemin, comme la forte réduction annoncée du nombre des contrats aidés et, plus globalement, les mesures de rigueur prévues dans le budget 2018. Mais de nombreuses mesures de soutien à la croissance leur font aussi face, avec un effet net global que l’on estime neutre. Nous maintenons donc inchangées, à 1,7% en moyenne annuelle, nos prévisions de croissance pour 2017 et 2018.
France : une conjoncture un peu moins positive 13/10/2017
Les indicateurs économiques français publiés ces dernières semaines ont quasiment tous surpris défavorablement les attentes (Z-score négatif sur l’axe des abscisses), à l’exception notable de la croissance au T2 (correctement prévue à 0,5% t/t) et de l’indice composite PMI (meilleur qu’attendu). A ce constat négatif s’ajoute la bascule de la consommation des ménages et de la production industrielle en-deçà de leur moyenne de long terme (Z-score légèrement négatif sur l’axe des ordonnées). Le bilan conjoncturel est malgré tout positif, même s’il l’est un peu moins que dans les baromètres précédents, étant donné la position toujours favorable des enquêtes de confiance et la solidité de la croissance.
Moins de déficit, moins d'impôts, moins de dépenses 09/10/2017
Le gouvernement cible un déficit budgétaire de 2,6% du PIB en 2018, après 2,9% en 2017. Ce retour très probable sous le seuil des 3% signifie une sortie de la France de la procédure européenne de déficit excessif. L’objectif de déficit pour 2018 est un mélange de réalisme et d’optimisme. L’hypothèse sous-jacente de croissance de 1,7% est jugée « raisonnable » par le Haut Conseil des finances publiques (HCFP). Mais les économies budgétaires prévues pour réduire le déficit et financer les baisses d’impôts sont ambitieuses. L’ampleur limitée de l’ajustement structurel est plutôt une bonne nouvelle pour la croissance mais le HCFP pointe du doigt sa non-conformité aux recommandations européennes. Le gouvernement a aussi dévoilé la trajectoire budgétaire 2018-2022. Les projections sont optimistes : à cet horizon, le déficit devrait avoir diminué de près de 3 points par rapport à 2018, la part des dépenses publiques dans le PIB d’environ 4 points, le taux de prélèvements obligatoires de 1 point et le ratio de dette d’un peu plus de 5 points. Ce budget 2018 (projet de loi de finances, projet de loi de financement de la sécurité sociale et projet de loi de programmation des finances publiques) combine mesures de consolidation budgétaire et de soutien à la croissance. La logique dominante est celle d’un effet d’entraînement des mesures de redressement de l’offre sur la demande. Un effet net positif sur la croissance est possible mais incertain.
France : qu'attendre de la réforme du code du travail ? 18/09/2017
Depuis la seconde moitié des années 1980, le taux de chômage français n’est jamais durablement descendu en deçà de 8%. C’est sur ce constat, davantage que sur celui de la progression du chômage durant la crise, qu’entend se fonder la réforme du code du travail. Les effets devraient être positifs à moyen terme. A court terme, la question est plus délicate : la littérature indique que le point de départ importe lorsqu’il s’agit d’évaluer les effets à court terme des réformes structurelles.
France : la croissance sur un bon rythme 15/09/2017
Depuis la fin 2016, la croissance française est sur un bon rythme. Nous nous interrogeons sur son potentiel d’accélération.
La conjoncture reste bien orientée 08/09/2017
Les indicateurs économiques français publiés au cours des dernières semaines ont été plutôt en ligne avec les attentes tout en restant dans une bonne dynamique conjoncturelle.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1654 articles et 427 vidéos