eco TV
Pourquoi la France perd des parts de marché ? 07/02/2017

Les parts de marché de la France à l'exportation se stabilisent, mais après avoir beaucoup baissé. Explications.

TRANSCRIPT // Pourquoi la France perd des parts de marché ? : février 2017

François Doux : Pour ce graphique du mois nous parlons de la France et de sa place dans le commerce international mondial. Bonjour Jean-Luc Proutat.

 

Jean-Luc Proutat : Bonjour François.

 

François Doux : Jean-Luc, sur ce graphique on le voit : la France perd des parts de marché au niveau des exportations mondiales. On était aux alentours de 6% à la fin des années 90, aujourd’hui on est à peine à 3%. Pourquoi ?

 

Jean-Luc Proutat : On peut commencer par dire que ce n’est pas un phénomène propre à la France. Tous les grands pays développés connaissent des pertes de parts de marché depuis une vingtaine d’années, y compris l’Allemagne. C’est simplement lié au fait qu’il y a de plus en plus d’acteurs sur la scène du commerce international. Avec 3% de part de marché, la France reste au cinquième ou sixième rang des exportateurs mondiaux.

 

François Doux : Donc, tout ne va pas si mal ?

 

Jean-Luc Proutat : Alors effectivement, on pourrait penser que tout ne va pas si mal. Ceci dit, la France a structurellement des difficultés à équilibrer sa balance commerciale. Et elle a perdu beaucoup de parts de marché, davantage que ses principaux voisins et concurrents. 

 

François Doux : Et de ce fait, l’appartenance à la zone Euro a-t-elle eu un impact ?

 

Jean-Luc Proutat : C’est difficile de dire que cela a eu un impact parce que la France appartient à la zone euro mais le Royaume-Uni, qui n’est pas dans la zone Euro, a connu également une érosion assez importante de ses parts de marché. En fait, on relève surtout les difficultés propres à la France à rester compétitive sur ces marchés mondiaux.

 

François Doux : La fameuse question des coûts de production.

 

Jean-Luc Proutat : C’est la question des coûts de production mais pas seulement. Il est vrai que depuis une vingtaine d’années, les entreprises françaises ont connu une hausse assez marquée de leurs coûts salariaux, notamment indirects, comme les cotisations employeurs. C’est une des causes que relève l’Insee pour expliquer ce phénomène, mais aussi la compétitivité hors coûts. Tous les services attenants attachés aux produits que l’on exporte : marketing, commercialisation, service après-vente, qualité perçue des marques. Et là, notamment vis-à-vis de l’Allemagne, on a perdu quelques rangs.

 

François Doux : Quand on regarde cette courbe, depuis 2012/2013 cela se stabilise, voire cela se redresse un peu, pourquoi ?

 

Jean-Luc Proutat : On peut penser à la baisse de l’euro, c’est un facteur d’explication. Mais aussi, dans le sillage du rapport Gallois, à la réorientation de la politique économique plus favorable aux entreprises et à l’offre qui a permis de stabiliser la compétitivité-coût de la France à l’exportation.

 

François Doux : Merci Jean-Luc Proutat pour ce point sur les exportations françaises.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

France : quel potentiel de rebond ? 17/01/2018
Le graphique compare l’évolution du PIB français entre 1999 et 2019 (prévision 2018-2019 de BNP Paribas) selon a) le PIB potentiel calculé par  la Commission européenne* ou b) l’extrapolation du PIB, à partir de 2007, sur la base du rythme de croissance généralement considéré comme soutenable depuis la crise (1,25%). Dans le scenario a) le PIB français dépasserait légèrement son niveau potentiel dès 2018, impliquant un ralentissement marqué de la croissance au-delà. Ce scenario suppose de façon classique que la croissance potentielle ait ralenti avec la crise mais aussi que l’économie ait été en surchauffe entre 1999 et 2007, ce qui n’a rien d’évident : l’inflation est restée proche de 2%, les coûts salariaux unitaires réels n’ont pas augmenté, le solde courant, même s’il s’est dégradé, est resté très contenu (-1% du PIB en 2007). Nous considérons donc le cas b) dans lequel les effets négatifs de la crise sur l’offre seraient également durables mais où la période pré-crise n’est pas considérée comme déséquilibrée. L’écart de production resterait conséquent à horizon 2019, d’où un potentiel de rebond important compte tenu de l’ampleur des pertes de production accumulées depuis 2007, une hypothèse que semble appuyer la faiblesse actuelle de l’inflation sous-jacente. *La Commission estimait l’output gap à +0,5% en 1999.
France : baisse des émissions nettes de titres de dette à long terme des SNF 03/01/2018
Les émissions nettes, cumulées sur un an, de titres de dette à long terme des sociétés non financières (SNF) françaises se sont repliées de 33% entre leur pic de mars 2017 (EUR 51 mds) et octobre 2017 (EUR 34 mds). Cette baisse ne semble pas motivée par un arbitrage en faveur des crédits mobilisés, en progression entre octobre 2016 et octobre 2017 (+3,6% pour les PME, +5,4% pour les ETI et +4,1% pour les grandes entreprises). En effet, l’écart entre les taux de marchés, en baisse, et ceux pratiqués par les banques, relativement stables, se creuse depuis mars 2017. Des effets de structure et/ou de qualité participent aussi à cet écart : les émetteurs de dette, de taille importante, présentent, en moyenne, un risque plus faible que les entreprises plus petites qui empruntent traditionnellement auprès des banques. De plus, le Corporate Sector Purchase Programme (CSPP) de la BCE exerce une pression à la baisse sur les rendements obligataires. Ce repli des émissions s’expliquerait notamment par une normalisation du comportement des grandes entreprises qui, profitant des taux de marché bas, les avaient augmentées afin de se prémunir contre une future hausse des taux. Ces arbitrages inter-temporels ont ainsi contribué à la forte hausse du numéraire et des dépôts des SNF entre le T2 2016 et le T2 2017 (+EUR 52 mds de flux cumulés sur un an contre +EUR 40 mds chacune des deux années précédentes). Tandis que le comportement des grandes entreprises semble se normaliser, les PME et les ETI reprennent le chemin du crédit bancaire à la faveur de l’amélioration de la conjoncture domestique (portée notamment par la FBCF) dont elles dépendent plus fortement.
France : le tournant de 2017 22/12/2017
S’il fallait ne retenir qu’une chose de l’année 2017, sur le plan économique, en France, ce serait le passage à la vitesse supérieure de la croissance.
France : confiance en hausse 15/12/2017
Les dernières enquêtes sur le climat des affaires et la confiance des ménages non seulement s’améliorent mais, en plus, elles surprennent favorablement. C’est de bon augure pour la croissance au quatrième trimestre et pour l’inflation, dont le redressement manque encore à l’appel.
France : l'emploi et ses soutiens 05/12/2017
La fin de la prime à l’embauche dans les PME, la réduction du nombre de contrats aidés, ou encore le moindre soutien du CICE, freinent à court terme la dynamique de l’emploi. Une prolongation du ralentissement de l’emploi en 2018 n’est toutefois pas le scénario le plus probable. La croissance prenant de la vitesse, elle devrait stimuler les embauches. De nouveaux soutiens devraient aussi entrer en jeu (allègements fiscaux, renforcement de la flexi-sécurité du marché du travail). En 2019, malgré la décélération attendue de la croissance, nous anticipons une légère accélération de l’emploi, qui trouverait un nouveau soutien dans la bascule du CICE en baisse de charges permanente et l’allègement supplémentaire du coût du travail au niveau du Smic.  
France : tendance ne rime pas avec constance 24/11/2017
Une fois remise dans son contexte, la remontée inattendue du taux de chômage français au troisième trimestre n’est pas si surprenante que cela et il y a matière à la relativiser.
A propos du chômage structurel en France 23/11/2017
La distinction conceptuelle entre chômage structurel et chômage conjoncturel est aujourd’hui essentielle pour la conduite de la politique économique. Mais l’estimation du chômage structurel pose des difficultés importantes qui se révèlent plus grandes encore lorsque l’économie fait l’objet d’une crise prolongée. L’idée que le taux de chômage actuellement constaté en France (9,5%) serait entièrement de nature structurelle mérite d’être discutée. Comment notamment la concilier avec la faiblesse de l’inflation ?
France : le positif l'emporte sur le négatif 17/11/2017
Sur les huit indicateurs de notre baromètre, trois ont surpris à la hausse (indice composite PMI, production industrielle, consommation des ménages en biens), trois à la baisse (indice INSEE du climat des affaires, confiance des ménages, taux de chômage) et deux ont été conformes aux attentes (inflation et croissance).
France : l’emploi va-t-il poursuivre sur sa lancée ? 13/11/2017
La dynamique de l’emploi en France a été la bonne surprise de ces deux dernières années. Mais, à l’horizon des prochains trimestres, le chemin n’apparaît pas tout tracé : il n’est pas certain que cette dynamique perdure.
Croissance française : du simple au double 08/11/2017
Après avoir peiné autour d’un rythme trimestriel moyen de 0,2% de 2014 à 2016 (un peu moins de 1% annualisé), la croissance française est passée à la vitesse supérieure depuis le T4 2016. Au T3 2017, selon la première estimation de l’INSEE, le PIB a progressé de 0,5% t/t, soit le quatrième trimestre consécutif sur ce rythme voire un rythme légèrement supérieur (0,6% t/t au T4 2016 et au T2 2017). Moins volatile, la croissance trimestrielle moyenne s’élève ainsi à un peu plus de 2% annualisé. Ce changement de rythme notable pourrait durer : portée par l’ensemble de ses composantes, la croissance a aussi gagné en robustesse. Une nouvelle accélération est même du domaine du possible. Pour l’heure, son rythme plus élevé, un point au-dessus des estimations actuelles de la croissance potentielle, permet d’entamer enfin la fermeture de l’écart de production.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1697 articles et 443 vidéos