eco TV
Corée du Sud : Encore dépendante de son secteur exportateur 07/02/2017

La crise politique n'est pas seule responsable du ralentissement coréen : le manque de vigueur du secteur exportateur est un facteur important.

TRANSCRIPT // Corée du Sud : Encore dépendante de son secteur exportateur : février 2017

François Doux : En Corée du Sud la croissance ralentit depuis deux trimestres consécutifs. Hélène Drouot bonjour.

 

Hélène Drouot : Bonjour.

 

François Doux : Première question : ce ralentissement est-il dû à la crise politique ?

 

Hélène Drouot : Pas vraiment. Il est vrai que le Parlement s’est prononcé début décembre pour la destitution de la présidente Park. Mais, au-delà du scandale politique, c’est l’échec de la politique mise en place par le gouvernement depuis son arrivée au pouvoir en 2012 qui est sanctionné. Pour autant, les institutions sont solides en Corée et l’effet sur la croissance devrait être temporaire.

 

François Doux : Deuxième question : quelles sont les véritables causes de ce ralentissement économique ?

 

Hélène Drouot : Il y a plusieurs causes. Du point de vue de la demande interne, la restructuration du secteur naval, qui est très important en Corée, et le niveau élevé de la dette des ménages pèsent sur la croissance. D’autant que la politique économique n’est pas d’un grand secours puisque la Corée se tient à une gestion très stricte de son budget. Et du point de vue de la demande externe, les exportations restent très affaiblies, notamment les exportations du secteur électronique.

 

François Doux : Troisième et dernière question Hélène : quels sont les risques pour cette économie coréenne dans les mois et les années à venir ?

 

Hélène Drouot : Le principal risque pour la Corée reste sa dépendance à son secteur exportateur. D’une part parce que la Corée est très intégrée mondialement et régionalement, ce qui l’expose d’autant plus à un ralentissement de la croissance en Chine. Mais aussi parce qu’avec la montée du protectionnisme, que l’on observe au cours deux dernières années, la Corée pourrait être doublement pénalisée. Directement si le traité de libre-échange avec les Etats-Unis était renégocié. Et indirectement puisque la Corée exporte vers la Chine des produits qui sont à des fins de réexportation. Donc si les produits chinois étaient sanctionnés, la Corée serait indirectement pénalisée.

 

François Doux : A suivre, ce commerce international pour la Corée.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Ralentissement au 4e trimestre 2017 13/04/2018
La croissance coréenne a surpris à la baisse au quatrième trimestre 2017 avec un recul de 0,2% t/t (+3,0% en g.a.). La mauvaise performance s’explique surtout par un ensemble de facteurs temporaires (nouvel an chinois, grève dans le secteur automobile, etc.), qui devraient être compensés au premier trimestre 2018. Les perspectives pour l'ensemble de l'année 2018 restent bonnes, la croissance devrait progresser de 3%.
Corée du Sud : perspectives favorables pour 2018 31/01/2018
La Corée du Sud a enregistré une croissance de 3,1% en 2017, après 2,8% en 2016, tirée par les mesures de soutien du gouvernement Moon (hausse de l’emploi public, du salaire minimum et des dépenses sociales) et le rebond des exportations de semi-conducteurs. Les mêmes facteurs devraient permettre une croissance du PIB de 3% en 2018. La demande interne pourrait aussi bénéficier de la stabilisation du risque politique en 2018, après une année 2017 agitée. D’une part, l’élection du président démocrate Moon Jae-In en mai 2017, suite à la destitution de la présidente Park (accusée d’incompétence et de corruption) a marqué la fin de plusieurs mois de crise politique. D’autre part, les relations diplomatiques se sont apaisées. Le nouveau gouvernement tente de mener de front l’alliance bilatérale avec les Etats-Unis et une relation normalisée avec la Chine, tout en tenant à distance les menaces nord-coréennes.
Petite (ré)forme 08/07/2016
La croissance ralentit en Corée, mais ce n'est pas une fatalité. Les réformes entreprises pour rééquilibrer le modèle de croissance peuvent être accélérées.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1796 articles et 492 vidéos