eco TV
Le calendrier importe 09/05/2017

Les négociations en vue du Brexit commenceront bientôt. Elles pourraient s’étendre et être plus compliquées que ce qu’espéraient les Britanniques. Theresa May a ainsi décidé d’appeler des élections anticipées.

TRANSCRIPT // Le calendrier importe : mai 2017

François Doux : Le Royaume-Uni est en campagne électorale sur fond de Brexit. Alexandra Estiot, bonjour.

Alexandra Estiot : Bonjour

François Doux : Pour le graphique du mois, nous avons le taux de change effectif de la livre sterling, c’est-à-dire contre un panier de devises. Depuis 2016, on note une belle inflexion de la courbe. Pourquoi ?

Alexandra Estiot : La chute est liée au vote en faveur du Brexit, quand les Britanniques se sont prononcés pour la sortie de l’Union européenne. La livre souffre alors à la fois des perspectives de croissance à court terme et de la réaction anticipée de la banque d’Angleterre (assouplissement monétaire) et des craintes quant à l’attractivité et donc sur les perspectives de croissance à moyen terme.

Ensuite, on a été rassuré sur quelques points et c’est au fil des annonces politiques que la livre a évolué.

François Doux : Justement, les annonces politiques, ces élections anticipées, pouvaient attendre 2020. Finalement, le 8 juin 2017 auront lieu ces élections générales provoquées par le premier ministre Theresa May. Pourquoi ?

Alexandra Estiot : Pourquoi ? Deux décisions en fait ont été prises depuis le début de l’année. Au niveau du Royaume-Uni, la cour suprême a statué que c’était au Parlement d’avoir le dernier mot sur le Brexit et non au gouvernement. On a aussi eu des annonces côté européen. Sachant que la majorité conservatrice est assez fine, et que les négociations pourraient durer, la tâche pour Theresa May, c’est d’assurer sa base.

François Doux : Et donc une dernière question, le calendrier des négociations est le plus important maintenant au Royaume-Uni. Comment l’analyser ? Que faut-il suivre ?

Alexandra Estiot : Alors déjà, le sous texte. Le sous texte est très important, notamment parce qu’il a été validé par le Parlement qui a décidé de suivre les recommandations de la Commission européenne. Ce calendrier dit que l’on fait les choses les unes après les autres. C’est-à-dire que l’on contre la stratégie britannique qui aurait été de négocier un peu tout en même temps de façon à avoir des avancées sur les points qui les intéressaient eux et de faire pression sur les Européens sur d’autres points. L’Europe a dit non, ce n’est pas comme ça qu’on fait les choses, on commence par des sujets importants pour nous, et ensuite on verra.

François Doux : Sujets importants ?

Alexandra Estiot : La facture. Les Britanniques vont devoir la solder avant de sortir. Ils se sont engagés sur de nombreux éléments, il va falloir payer. Le deuxième élément, qui est très compliqué, et particulièrement épineux pour le Royaume-Uni, c’est la question irlandaise. Et donc, ce que dit l’Europe, c’est on règle d’abord ces questions et ensuite à la fin, à la toute fin, on se préoccupera des accords commerciaux qui est  le point qui intéresse réellement les Britanniques.

François Doux : Alexandra, merci. On aura plein de choses à vivre ensemble dans les mois à venir sur le Royaume-Uni.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Brexit : le champ des possibles 24/05/2017
Le référendum britannique de juin 2016 et le déclenchement de l’article 50 ont donné le coup d’envoi à une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Le processus promet d’être long et jalonné d’obstacles. Les sources potentielles de conflits sont en effet nombreuses, à commencer par le calcul de la somme que le Royaume-Uni devra verser à l’Union européenne lors de sa sortie et le statut des ressortissants européens présents sur le sol britannique. La négociation d’un nouvel accord commercial constitue, cependant, le principal enjeu de ces prochaines années en raison des liens étroits qui unissent le Royaume-Uni et l’Union européenne. Il existe a priori peu d’options compte tenu du souhait du Royaume-Uni de mettre fin à la libre circulation des personnes.
Britannictomie 24/04/2017
Le Brexit n’a pas eu lieu, mais le compte à rebours est lancé. Le Royaume-Uni et l’UE à 27 ont deux ans pour dénouer une relation plus étroite et complexe que les Britanniques n’en avaient conscience lors du référendum de juin 2016. La balle est dans le camp européen, et les appels à l’union de la Commission ont été entendus par le Parlement. Un Conseil exceptionnel doit se réunir le 29 avril, et les négociations pourront alors commencer. L’inextricabilité de la relation britannico-européenne est chaque jour plus flagrante, et le gouvernement britannique semble se résigner aux inévitables sacrifices. Des négociations complexes sur fond de ralentissement de l’activité, la dépréciation de la livre pesant sur le pouvoir d’achat des ménages et donc de leurs dépenses…
Aux urnes ! 21/04/2017
Theresa May fait le pari d’élargir sa majorité parlementaire. Il s’agit de resserrer les rangs avant le début des négociations en vue du Brexit. Toute élection comporte un risque : les Britanniques pourraient choisir de faire, une fois de plus, mentir les sondages…
Et si le Brexit n’avait pas lieu ? 17/03/2017
La période actuelle est celle où tout est envisageable, même l’inenvisageable. Le Brexit pourrait ainsi ne jamais avoir lieu.
Brexit, un saut dans l'inconnu 24/02/2017
Le Royaume-Uni s'apprête à engager la procédure en vue d'une sortie de l'Union européenne. Reste à savoir où il souhaite aller.
Création destructrice 17/02/2017
Le Royaume-Uni s’apprête à quitter l’UE. Une séparation qui va nécessiter beaucoup d’efforts et… de créativité.
Montagnes russes 13/01/2017
La livre repart à la baisse. Pas de répit attendu la semaine prochaine. Tout dépend ensuite de la Cour Suprême.
Royaume-Uni : Gestion de crise 25/11/2016
Brexit veut dire Brexit, mais quelles sont les conséquences sur le policy-mix? Davantage de budgétaire et moins de monétaire apparemment...
Moins d’austérité 25/11/2016
Le gouvernement britannique desserre le frein budgétaire, sans le lâcher. Le déficit structurel continue d’être réduit, de façon marquée, sur les 5 prochaines années. Le Brexit soulève alors deux questions : celle de la crédibilité et celle de l’opportunité d’une telle politique.
Brexit : à suivre 11/10/2016
Au-delà de la chute de la livre, les conséquences économiques du Brexit restent à venir, et pour une bonne raison : le Brexit n’a pas encore eu lieu.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1514 articles et 380 vidéos