eco TV
Inde : ralentissement au 1er semestre 10/10/2017

L'activité économique en Inde a sensiblement ralenti au premier semestre 2017 suite à deux chocs temporaires mais aussi à la forte décélération des investissements, reflet des difficultés croissantes dans le secteur bancaire.

TRANSCRIPT // Inde : ralentissement au 1er semestre : octobre 2017

François Doux : La croissance en Inde ralentit. On était à 7,5 % sur l’ensemble de l’année calendaire 2016. Sur le premier semestre 2017, entre janvier et juin on tombe à 5,9 % seulement. Johanna Melka, bonjour.

Johanna Melka : Bonjour François.

François Doux : Première question, pourquoi ce ralentissement en Inde ?

Johanna Melka : La croissance a sensiblement ralenti sur les six derniers mois suite à deux chocs temporaires. D’une part, la démonétisation de l’économie introduite en novembre 2016 et, d’autre part, le lancement de la TVA mise en place en juillet 2017. Mais ce n’est pas tout. Le ralentissement économique s’explique aussi par une nette décélération des investissements privés, que l’on observe depuis trois ans mais qui a sensiblement accéléré au cours des deux derniers trimestres.

François Doux : Pourquoi ces investissements privés ralentissent-ils ?

Johanna Melka : Depuis 2014, les entreprises indiennes tentent de consolider leur bilan en réduisant leurs charges d’endettement, et les difficultés enregistrées dans les secteurs des métaux et des infrastructures empêchent toute hausse des investissements. Par ailleurs, et c’est beaucoup plus inquiétant, l’offre de crédit bancaire n’est pas favorable à une reprise des investissements privés.

François Doux : Justement, qu’est-ce qu’il se passe au niveau de ces banques publiques indiennes ?

Johanna Melka : Les banques publiques indiennes sont confrontées à deux problèmes majeurs. D’une part, une très forte augmentation des créances douteuses dans les secteurs mentionnés précédemment et, d’autre part, une très forte augmentation de leurs besoins en capitaux pour respecter les nouveaux critères Bâle III qui seront mis en place d’ici mars 2019. Le problème aujourd’hui, c’est qu’en dépit des importants soutiens de la part du gouvernement, les besoins en capitaux restent très élevés, de l’ordre de 30 à 65 milliards de dollars. Et aujourd’hui, le gouvernement ne prévoit pas d’injecter ces capitaux pour ne pas risquer de fragiliser ses finances publiques.

François Doux : Merci Johanna Melka pour ce point sur l’économie indienne et cette question cruciale des banques.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Entre dynamisme et fragilités 13/04/2018
D’un point de vue positif, la croissance a fortement accéléré et devrait retrouver des niveaux proches de son potentiel dès l’exercice 2018/2019. En outre, les investissements privés semblent enfin connaître une reprise durable. Par ailleurs, dans le cadre de leur recapitalisation, les banques publiques, dont la qualité des actifs s’est encore détériorée, ont reçu près de USD 14 mds en mars, ce qui devrait permettre d’alléger les pressions sur les plus fragiles d’entre elles et soutenir la reprise des investissements. D’un point de vue négatif, le gouvernement a marqué une pause dans la consolidation de ses finances. De plus, le déficit courant s’est légèrement creusé, reflet d’une détérioration des termes de l’échange mais aussi des parts de marché.
Second souffle 24/01/2018
Au deuxième trimestre de l’exercice 2017/18 la croissance économique indienne a légèrement rebondi. Les indicateurs du troisième trimestre confirment cette reprise tirée par le dynamisme de l’industrie. En revanche, la consommation des ménages a ralenti et les investissements privés peinent à redémarrer alors que l’environnement institutionnel et monétaire est beaucoup plus favorable qu’il y a un an. En outre, la hausse des pressions inflationnistes et le risque de dérapage budgétaire pourraient inciter la banque centrale à durcir sa politique monétaire. En dépit du ralentissement économique et d’une hausse des tensions sociales, le parti de coalition au pouvoir (NDA) pourrait obtenir la majorité à la chambre haute du parlement avant les élections générales de 2019.
Inde : Croissance forte mais revenu par habitant toujours bas 22/11/2017
Selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), la croissance économique indienne devrait rester parmi les plus dynamiques en 2017 (+6,7%) en dépit du trou d’air induit par la démonétisation et la mise en place de la TVA unifiée. Néanmoins, son PIB par tête en parité de pouvoir d’achat reste extrêmement faible. Il serait, selon le FMI, de USD 7173, soit 2,3 fois inférieur à celui de la Chine et légèrement supérieur à celui du Vietnam. Le niveau de revenu bas de l’Inde continue de peser sur sa base fiscale, l’une des plus faibles d’Asie. Néanmoins, à moyen et long terme, la mise en place de la TVA devrait soutenir la croissance potentielle et ainsi accroître le niveau de revenu du pays.
Trou d'air 18/10/2017
L’activité économique a fortement ralenti depuis le mois de janvier. Cette décélération résulte de l’accumulation de deux chocs temporaires : la démonétisation et la mise en place de la TVA. Néanmoins, elle reflète aussi la baisse des investissements qui restent pénalisés par des surcapacités de production dans l’industrie manufacturière et les difficultés croissantes des banques publiques. Les marges de manœuvre du gouvernement pour relancer l’activité et soutenir ses banques restent limitées s’il ne veut pas fragiliser ses finances. Sur les cinq premiers mois de l’exercice 2018, son déficit atteignait déjà 96% de sa cible annuelle. Par ailleurs, les finances des Etats pourraient être fortement fragilisées par l’annulation des dettes des fermiers.  
La faiblesse de l’investissement pèse sur la croissance 06/07/2017
L’activité économique a ralenti au dernier trimestre de l’exercice 2016/2017. Ce ralentissement n’est qu’en partie induit par le processus de démonétisation. La décélération des investissements et la baisse de la production de biens d’équipement ont débuté dès le mois de septembre. Indépendamment des difficultés des entreprises, la détérioration de la qualité des actifs bancaires pèse lourdement sur la distribution du crédit. Dans un tel environnement, le gouvernement a adopté une nouvelle ordonnance afin d’accroître le rôle de la banque centrale dans la gestion des créances douteuses. Même si une telle mesure devrait accélérer le processus de résolution des créances, elle ne permet pas de pallier les importants besoins en capitaux des banques publiques.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1819 articles et 500 vidéos