eco TV
Zone euro : nouvelles propositions de réformes de la Commission européenne 09/01/2018

Zone euro : On assiste à une tentative de relance de plusieurs grands chantiers européens en 2018. Début décembre la Commission a présenté ses propositions pour le fonctionnement de la zone euro. Au menu, budget commun, création d'un fonds monétaire européen... 

TRANSCRIPT // Zone euro : nouvelles propositions de réformes de la Commission européenne : janvier 2018

- Trois questions à présent sur l’Union européenne où se prépare un train de réformes concernant le fonctionnement des institutions. Frédérique Cerisier, bonjour.

- Bonjour.

- Frédérique, en décembre dernier, la Commission européenne a esquissé un nouveau projet pour le budget de la zone euro. Que faut-il en déduire ?

- Pour le moment on retient surtout que c’est un projet un peu fourre-tout, puisqu’il aura à la fois la fonction de favoriser la convergence des pays candidats à l’entrée dans la zone euro, de soutenir les réformes structurelles dans les Etats membres, et de soutenir l’activité d’un pays qui ferait face à un choc spécifique. A première vue, on a l’impression qu’ils n’ont pas voulu choisir entre une vision très allemande du budget européen d’aide aux réformes et une vision beaucoup plus française d’outil de stabilisation économique. Cela dit, dans la pratique on voit bien que le soutien conjoncturel va rester exceptionnel et très limité, ciblé sur les investissements. Dernier point, tout cela va aussi dépendre de la taille des fonds alloués à ce projet. Et cela se décidera au sein du budget pluriannuel de l’ensemble de l’UE qui fait l’objet, on le sait, de négociations très difficiles et complexes.

- Deuxième volet de la réforme : la gestion des crises, et pourquoi la création d’un fonds monétaire européen ? C’est bien cela ?

- Exactement, oui. Il s’agit de transformer le mécanisme européen de stabilité (MES) en fonds monétaire européen. Actuellement le MES gère uniquement l’apport de fonds dans les programmes d’aide. A l’avenir il aura vraisemblablement un rôle beaucoup plus important dans la gestion des crises. A la fois dans le diagnostic, la mise en œuvre et la surveillance des programmes d’aide. C’est certainement une évolution qui prépare le terrain au retrait des équipes de la BCE et du FMI de la fameuse Troïka. Enfin, ce fonds monétaire européen deviendra le prêteur en dernier ressort des banques en servant de filet de sécurité au fameux fonds de résolution bancaire.

- Troisième et dernière question : le calendrier. Est-ce que les choses vont aller vite en 2018 ?

- Difficile à dire. D’un côté le temps presse, parce qu’on entame clairement la dernière année de travail utile à la Commission européenne avec les élections du printemps 2019. De ce point de vue, l’objectif est que les grands arbitrages soient pris à la fois pour ces réformes et pour tous les chantiers européens, d’ici le Conseil européen de juin 2018. En même temps, il va être difficile de mobiliser les énergies sur ces sujets dans les mois à venir alors que des négociations de coalition sont encore en cours en Allemagne, que des élections législatives se préparent en Italie, que l’Espagne devra gérer les suites des dernières élections catalanes. Il y a beaucoup de choses à faire, donc.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Des poches d'« esprits animaux » ? 20/04/2018
L’évaluation de la situation économique globale par les ménages du quartile supérieur est plus sensible au cycle que celle des ménages du quartile inférieur. La première est particulièrement positive depuis début 2017 même si l’évaluation de leur situation financière n’a pas plus augmenté que celle du quartile inférieur. Peut-être les ménages du 4e quartile se sentent-ils moins incertains quant à l’avenir.
Fléchissement des indicateurs de sentiment 20/04/2018
Les indicateurs basés sur des résultats d'enquêtes récents sont en repli. Ceux de mars étaient conformes ou légèrement en deçà des attentes du consensus. Leur niveau reste néanmoins élevé et bien au-dessus de la moyenne de long terme. Mais l'inflation reste en deçà de la moyenne de long terme bien que la perspective d'une croissance supérieure au potentiel devrait permettre une remontée de l'inflation.
Pic de confiance des consommateurs ? 13/04/2018
Les points de retournement de l’opinion des ménages sur l’opportunité de faire des achats importants précèdent ceux de l’indice global de confiance. La différence d’opinion concernant ces dépenses entre les ménages des quartiles de revenus supérieur et inférieur est très cyclique et les points de retournement de cette courbe précèdent ceux de la confiance des consommateurs. A en juger par des observations récentes, le pic cyclique de confiance des consommateurs n’est plus très loin.
Encore de la marge 13/04/2018
La reprise devrait se poursuivre à un rythme soutenu en 2018. C’est en tout cas ce qu’indiquent les récentes enquêtes de confiance et plus fondamentalement l’absence de tensions inflationnistes, qui suggère la présence de ressources encore inemployées dans l’économie. Le maintien d’une croissance robuste alimente les débats autour du niveau véritable de l'écart de production et du rythme de la croissance potentielle. Cette double incertitude explique pourquoi la patience, la persévérance et la prudence restent les mots d’ordre de la BCE malgré les bonnes performances de croissance.
Zone euro : encore de la marge ? 06/04/2018
La poursuite d'une croissance forte en zone euro alimente les débats autour du niveau véritable de l'écart de production et du rythme de la croissance potentielle.
Demande insatisfaite de consommation en zone euro : espoir ou inquiétude ? 06/04/2018
Dans la plupart des pays de la zone euro, la consommation de biens durables rapportée au revenu reste inférieure au pic conjoncturel antérieur. La confiance des ménages, quant à elle, a tendance à être supérieure à son pic passé. Il existerait donc une demande insatisfaite de consommation, et les ménages resteraient sceptiques quant au caractère durable de la robustesse de la croissance actuelle.
Impulsion du crédit 06/04/2018
L'accélération de la croissance du crédit bancaire en glissement annuel se poursuit, en ligne avec la croissance du PIB. Les banques continuent d'évaluer positivement la demande des entreprises et des ménages (prêts au logement, crédits conso).
Zone euro : y a-t-il une demande insatisfaite des investissements des entreprises ? 30/03/2018
En zone euro, l’investissement des entreprises rapporté au PIB reste inférieur au pic conjoncturel antérieur mais la différence est faible. La situation varie beaucoup selon le pays. Dans la plupart, dont les quatre grands, l’indicateur du climat économique a dépassé son niveau de fin 2007. Par conséquent, le ratio investissement sur PIB peut encore augmenter pour autant que la confiance des entreprises débouche sur des décisions.
Zone euro : les effets des achats de titres de la BCE sur M3 en partie neutralisés 28/03/2018
Depuis le commencement de son programme d’achat en mars 2015, la Banque centrale européenne avait acquis, en février 2018, 1 931 milliards d’euros de titres publics. D’après nos calculs (Graphique de la semaine du 31 mai 2017), une partie importante de ces achats ont été effectués auprès des banques commerciales (sans effet sur M3) et des non-résidents, tandis qu’un report de la demande des résidents vers les émissions des non-résidents a été observé. Les achats, par la BCE, de titres éligibles à son programme d’assouplissement quantitatif (QE) auprès des non-résidents et les souscriptions, par les autres agents résidents, de titres émis par les non-résidents ont entraîné une substitution partielle de la contrepartie « créances des institutions financières et monétaires (IFM, y compris l'Eurosystème) sur les administrations publiques » à la contrepartie « créances des IFM sur l’extérieur ». L’effet  direct (que l’on pourrait également qualifier de « comptable ») du QE sur la masse monétaire de la zone euro s’en est trouvé partiellement neutralisé.
Zone euro : sans surprise, la croissance reste solide 16/03/2018
La plupart des indicateurs du climat des affaires et de l'activité se maintiennent au-dessus de la moyenne de long terme, ce qui reflète la solidité de la croissance.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1769 articles et 480 vidéos