eco TV
Turquie : le côté obscur de la forte croissance 07/02/2018

La croissance du PIB pourrait avoisiner les 7% en 2017, soutenue par une politique budgétaire expansionniste et une conjoncture internationale porteuse (notamment en Europe). Mais cette forte croissance a creusé les déséquilibres macroéconomiques, notamment l’inflation, accentuée par la dépréciation de la livre turque sur fond de tensions (géo)politiques et le rebond des prix du pétrole.

TRANSCRIPT // Turquie : le côté obscur de la forte croissance : février 2018

- Pour le Graphique du mois, direction la Turquie. Sylvain Bellefontaine, bonjour.

- Bonjour.

- La croissance en Turquie devrait avoisiner les 7% en 2017. Quels sont les moteurs de cette croissance ?

 - Vous voyez ici sur le graphique les données lissées en moyenne mobile sur quatre trimestres. Le principal driver de ces derniers trimestres a été l’accélération du crédit, soutenue par le gouvernement et, notamment, par son fonds de garantie du crédit qui a été très largement étendu. Le gouvernement a aussi augmenté ses dépenses, d’investissement notamment. Il a augmenté les salaires et baissé la fiscalité pour soutenir la consommation des ménages. Troisième élément que vous voyez ici avec la courbe orange : le commerce extérieur a été très profitable et a largement contribué à la croissance sur les derniers trimestres, notamment du fait de la bonne conjoncture en Europe.  

- Est-ce que cela devrait continuer en 2018 ?

- En 2018, on attend un ralentissement et il sera bienvenu. En effet, sur ce deuxième graphique, on voit les conséquences d’une croissance très forte et d’une économie en surchauffe : une forte accélération de l’inflation sur la courbe bleue. Vous voyez qu’elle a tout de même atteint  13% au mois de novembre. Elle a un peu ralenti au mois de décembre, mais on finit l’année à plus de 11% d’inflation. Cela s’explique notamment par une forte dépréciation de la livre turque dans un contexte géopolitique vraiment tendu, notamment avec les pays occidentaux, l’Europe et les Etats-Unis. Dans ce contexte, la Banque centrale a dû fortement augmenter ses taux d’intérêt. On est aujourd’hui à 12,75%, mais l’économie devrait ralentir cette année.

- C’est souhaitable. Et pour 2019 ?

- Pour 2019, on attend une petite accélération. Ce sera une année électorale nous pensons donc que le gouvernement relancera sa politique budgétaire expansionniste.

- Novembre 2019, les prochaines élections générales en Turquie. Merci Sylvain Bellefontaine pour ce point.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Turquie : coup de semonce 11/09/2018
La livre turque a chuté lourdement suite aux sanctions annoncées par les États-Unis le 10 août. Les autorités doivent s’atteler à réduire les déséquilibres macroéconomiques. Un resserrement des politiques budgétaires et monétaires est requis pour « piloter » un atterrissage en douceur de l’économie et réduire le risque de crise de liquidité extérieure.
Turquie : Il est encore temps de regagner la confiance des investisseurs 27/06/2018
Suite à la réélection du président Erdogan et à la victoire de l’alliance AKP-MHP aux législatives du 24 juin, les marchés ont réagi positivement, saluant la fin à court terme de l’incertitude politique. L’accalmie a toutefois été brève. Au cours des trois derniers mois, la livre turque s’est dépréciée de 15% par rapport au dollar US et l’indice de la bourse d’Istanbul a chuté de 18%. Dans le même temps, les taux obligataires à 2 ans ont grimpé de 450 points de base (pb) à 18,45%, dans le sillage du tardif mais significatif resserrement monétaire opéré par la banque centrale, et les primes de CDS à 5 ans sur les obligations souveraines en devises ont augmenté (+110 pb). Dans un contexte de tensions sur les marchés émergents et de hausse du risque géopolitique, les marchés s’inquiètent de la trajectoire macroéconomique et politique de la Turquie. Les autorités doivent réagir aux déséquilibres macroéconomiques inquiétants (inflation et déficit du compte courant) et envoyer un signal clair de l’indépendance de la banque centrale. M. Erdogan prouvera-t-il une nouvelle fois son pragmatisme ?
Rebond conjoncturel, défis structurels 29/08/2017
Les ratios macroéconomiques ont bénéficié de la résilience de l’activité économique et de l’importante révision à la hausse de l’historique des séries de PIB. Malgré la réécriture partielle du récit macroéconomique, le pays fait toujours face à des défis importants, principalement liés à des déséquilibres internes et externes dont témoignent une forte inflation et de lourds besoins de financement externes. Dans le même temps, l’environnement des affaires s’est dégradé.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1938 articles et 533 vidéos