eco TV
Israël : une économie solide, mais un potentiel de croissance incertain 11/04/2018

Les performances macroéconomiques israéliennes sont solides et se comparent favorablement aux autres pays de l'OCDE. La production et l'exportation de gaz soutiennent l'économie. Cependant, les exportations subissent les conséquences défavorables de l'appréciation du shekel. A moyen et long terme, les faibles progrès de la productivité du travail pourraient défavorablement influencer le potentiel de croissance.

TRANSCRIPT // Israël : une économie solide, mais un potentiel de croissance incertain : avril 2018

Trois questions à présent sur Israël où la croissance accélère. Elle fait même mieux que d'autres pays de l'OCDE : 3 % attendu en 2017, 3,5 % en 2018 et 2019, ce sont les prévisions de BNP Paribas.

- Pascal Devaux, bonjour.

- Bonjour.

- Première question, quels autres signaux positifs nous renvoie cette économie israélienne ?

- Grâce à cette croissance économique soutenue, le taux de chômage est maintenant inférieur à 4 %. Par ailleurs le déficit budgétaire a été réduit à moins de 2,5 % du produit intérieur brut en 2017, ce qui devrait permettre à la dette publique de se stabiliser.

Et, enfin, l'excédent des comptes courants, qui est important, et les flux d'investissements directs étrangers ont permis d'augmenter les réserves de change de la banque centrale qui ont atteint environ 115 milliards de dollars en 2017.

- Deuxième question, parmi les moteurs de cette économie il y a bien sûr le gaz. Quelles sont les perspectives de ce point de vue ?

- Les perspectives sont tout à fait favorables grâce aux gisements découverts qui sont maintenant en production.

Israël est maintenant autosuffisant en gaz. Par ailleurs, des contrats d'exportation ont été signés avec la Jordanie et l'Égypte. Cela devrait avoir des conséquences positives sur le budget, sur les comptes extérieurs et sur la croissance économique.

- Troisième question, si l'on ajoute le secteur de la high-tech au gaz, le potentiel de croissance d'Israël est conséquent. Avez-vous des interrogations concernant ce potentiel de croissance ?

- A court terme l'appréciation du shekel pourrait pénaliser les exportations israéliennes, notamment celles des secteurs non high tech. On observe depuis quelques années que l'économie israélienne perd des parts de marché à l'exportation.

Par ailleurs, à moyen et à long terme, la croissance démographique soutenue de groupes de population moins bien formés et moins productifs, notamment les ultra-orthodoxes et les arabes israéliens, pourrait entamer le potentiel de croissance à moyen et long terme de l'économie israélienne.

- Merci, Pascal Devaux, pour ce point sur l'économie israélienne.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1769 articles et 480 vidéos