eco TV
France : les premiers jalons du quinquennat Macron 14/05/2018

Une année s'est écoulée depuis la prise de fonction d'Emmanuel Macron. C'est l'occasion de dresser un premier bilan de son action sur le plan économique.

TRANSCRIPT // France : les premiers jalons du quinquennat Macron : mai 2018

François Doux : Mai 2018, voilà donc un an que le président Emmanuel Macron est entré à l'Élysée. Pour parler de son premier bilan économique, nous sommes avec Hélène Baudchon.

Bonjour Hélène.

Hélène Baudchon : Bonjour.

François Doux : Hélène, que faut-il retenir sur le plan économique de cette année écoulée ?

Hélène Baudchon : J’utiliserais, pour résumer, sa métaphore de la cordée et je dirais qu’Emmanuel Macron a fixé une première série de pitons pour mettre en place cette cordée virtuelle et s’assurer dans sa progression. Des pitons qui sont répartis entre le haut, le milieu et le bas de la cordée.

François Doux : Pouvez-vous l’illustrer avec quelques exemples concrets ?

Hélène Baudchon : Concernant le haut de la cordée, la mesure emblématique est la suppression de l’ISF, ou plus exactement sa transformation en un impôt de solidarité sur la seule fortune immobilière. L'objectif de cette mesure est d’améliorer l’attractivité de l’économie française, de stimuler la prise de risque et l’investissement et, in fine, l’emploi. Concernant le milieu de la cordée, il existe deux mesures-clés : la suppression des cotisations salariales maladie et chômage et l’exonération de la taxe d’habitation, avec pour objectif de soutenir le pouvoir d’achat des ménages. Concernant le bas de la cordée, enfin, le soutien prend la forme d’une revalorisation de diverses prestations sociales. Par exemple, le minimum vieillesse et la prime d’activité.

François Doux : Quelles sont les autres composantes de ces « Macronomics » ?

Hélène Baudchon : On peut citer, tout d’abord, la série de réformes qui poursuit, en l’accentuant, la politique de l’offre engagée par son prédécesseur François Hollande : réforme du code du travail ; transformation du CICE en baisses de charges, avec un allègement supplémentaire au niveau du SMIC ; baisse du taux standard de l’impôt sur les sociétés ; loi PACTE. Cette loi consiste en un nouveau plan d'actions, multidimensionnel, en faveur du développement des PME et des ETI, mais aussi en faveur d’une participation accrue des salariés aux résultats de l’entreprise. Et, surtout, à ce volet « libérer » s'ajoute un volet « protéger », qui inclut notamment le triptyque réforme de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’assurance-chômage. Ce volet « libérer » vise à stimuler l'activité et l'emploi ; le volet "protéger" vise à réduire le chômage et la précarité.

François Doux : Beaucoup de réformes donc. Nous avons vu la partie cadence, la quantité. Il y a aussi bien sûr la cohérence entre toutes ces réformes  et, enfin, la chronologie. C'est un point critique. Pourquoi aujourd'hui la chronologie compte-t-elle autant ?

Hélène Baudchon : Parce que le gouvernement a fait le choix, pour citer les mesures dont on parle le plus, d’augmenter la CSG en une fois et dès janvier, de procéder à la première hausse prévue de la fiscalité sur les carburants en janvier, et sur le tabac, en mars, mais d’étaler dans le temps la suppression des cotisations. Avec une première baisse en janvier, une seconde en octobre. De même pour l’exonération de la taxe d’habitation (étalée sur trois ans, la première baisse d’un tiers étant prévue en octobre de cette année). Compte tenu de ce calendrier, les hausses d’impôts l’emportent sur les baisses au premier trimestre 2018 et donc le pouvoir d'achat s’en trouve écorné. Mais au quatrième trimestre de cette année, les baisses l’emporteront et les gains de pouvoir d’achat seront, alors, rehaussés.

François Doux : Hélène Baudchon, est-ce que l'on observe d’autres effets plus positifs de ces réformes du président Macron ?

Hélène Baudchon : Hormis un petit effet positif possible derrière le redressement du climat des affaires, que l'on a observé de mai à décembre 2017, et, de manière plus avérée, sur l’image de la France auprès des investisseurs étrangers, non. Ces réformes sont en vigueur depuis trop peu de temps pour avoir déjà produit des effets. On peut attendre de ces réformes un relèvement de la croissance potentielle et une baisse du chômage structurel mais ces résultats seront longs à émerger.

En tout cas, cela nous promet d'autres beaux sujets pour ECO TV. Merci Hélène Baudchon.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

17/10/2018
Croissance soutenue de l'intérieur 17/10/2018
Après un accès de faiblesse marqué au premier semestre 2018, la croissance française devrait reprendre quelques couleurs, en dépit d’un environnement économique mondial moins porteur. Les baisses d’impôts et les revalorisations de minima sociaux programmées pour la fin de l’année devraient soutenir la consommation des ménages. L’impact positif perdurerait en 2019, qui marquerait un ralentissement somme toute limité. D’autres mesures de soutien budgétaire sont prévues, tandis que les premiers effets des réformes du marché du travail et de la loi PACTE pourraient se faire sentir.
Premier aperçu du budget 2019 24/09/2018
Confronté à une croissance moins élevée que prévu, le gouvernement a revu à la hausse le déficit budgétaire pour 2018 et 2019. Il prévoit désormais un déficit d’environ 2,6% du PIB en 2018 et de 2,8% en 2019 (contre, respectivement, 2,3% et 2,4% dans le programme de stabilité d’avril 2018). Le creusement du déficit en 2019 est dû à la bascule du CICE en baisse de charges, dont le coût budgétaire se monte à environ 1 point de PIB. Il masque une amélioration du déficit structurel, qui devrait être de l’ordre de 0,3 point, grâce à un effort sur les dépenses. Les préconisations des experts du « Comité d'action publique 2022 » (Cap 2022) en matière d’économies budgétaires ne sont pas reprises in extenso, mais certaines mesures gouvernementales s’en inspirent. Elles sont, toutefois, distillées au compte-goutte, ce qui ne permet pas de dégager une vision d’ensemble pour le moment.
France : éléments de cadrage du budget 2019 21/09/2018
Confronté à une croissance moins élevée que prévu, le gouvernement français a revu en hausse ses objectifs de déficit budgétaire.
Cycle, conjoncture : où en est l'économie française ? 11/09/2018
Au premier semestre 2018, la croissance française a sensiblement ralenti. En apparence, son rythme trimestriel est même repassé en deçà de la croissance potentielle faisant état d'un infléchissement plus marqué qu'il ne l'est en réalité.
10/09/2018
Une conjoncture estivale encore en demi-teinte 31/08/2018
Après un premier semestre marqué par un net ralentissement de la croissance, les signes de la ré-accélération attendue sont encore timides.
Croissance sous surveillance 29/07/2018
Au début de l’année 2018 et jusqu’à l’approche de l’été, la croissance française a été pénalisée par un certain nombre de facteurs ponctuels (fiscalité, grèves dans les transports) ou impondérables (tensions sur les prix du pétrole). Au second semestre, elle devrait accélérer de nouveau grâce aux facteurs internes de soutien qui reprendraient le dessus (amélioration du marché du travail, baisses d’impôts, conditions de financement et politique économique favorables). Le maintien d’une demande mondiale dynamique est aussi une hypothèse centrale mais plus incertaine, entourant d’un risque baissier notre prévision de 2% de croissance en moyenne cette année.
L’immobilier de bureaux à Paris : les prix sont-ils soutenables ? 13/07/2018
Le bureau est la première classe d’actifs détenus par les investisseurs institutionnels en immobilier, devant le commerce et le résidentiel. Ce patrimoine de bureaux représente plus de 900 milliards d’euros en Europe, les deux principaux marchés étant Londres et Paris.
Croissance sous surveillance 11/07/2018
Au début de l’année 2018 et jusqu’à l’approche de l’été, la croissance française a été pénalisée par un certain nombre de facteurs ponctuels (fiscalité, grèves dans les transports) ou impondérables (tensions sur les prix du pétrole). Au second semestre, elle devrait accélérer de nouveau grâce aux facteurs internes de soutien qui reprendraient le dessus (amélioration du marché du travail, baisses d’impôts, conditions de financement et politique économique favorables). Le maintien d’une demande mondiale dynamique est aussi une hypothèse centrale mais plus incertaine, entourant d’un risque baissier notre prévision de 2% de croissance en moyenne cette année.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1917 articles et 528 vidéos