eco TV
L’hypothétique retour de l’inflation : le cas de la France 08/11/2018

À un peu plus de 2% sur un an, l’inflation en France est au plus haut depuis début 2012. Elle n’est, pour autant, pas de retour à proprement parler. Il manque pour cela une remontée plus franche de l’inflation sous-jacente. Celle-ci devrait prendre forme mais ne peut être tenue pour acquise.

TRANSCRIPT // L’hypothétique retour de l’inflation : le cas de la France : novembre 2018

FOCUS

 

François Doux : Il est un débat actuel tant du côté des banques centrales et des gouvernements que des ménages. Assiste-t-on à un retour, ou non, de l'inflation ?

Focus sur la France avec Hélène Baudchon, bonjour.

Hélène Baudchon : Bonjour.

François Doux : Hélène, première question : d'où vient ce débat sur le vrai-faux retour de l'inflation ?

Hélène Baudchon : Il a ressurgi un petit peu avant cet été avec la publication de chiffres d'inflation en nette accélération (plus un point de pourcentage en l'espace d'un an) et, surtout, à compter de juillet lorsque l'inflation a dépassé les 2 % en glissement annuel, pour la première fois depuis début 2012.

Cette accélération était attendue et elle est amorcée depuis 2017, mais le contraste n'en est pas moins grand après trois années (de 2014 à 2016) d'inflation quasi nulle. Et si cette remontée a aussi beaucoup retenu l'attention, c'est à cause de ses effets négatifs sur le pouvoir d'achat. Ceux-ci sont indéniables, en revanche nous réfutons l'idée d'un retour de l'inflation.

François Doux : Cela tient à la définition même de l'inflation à savoir une hausse du niveau général des prix, auto-entretenue et durable. Or, en France, on n’assiste pas vraiment à un tel phénomène en ce moment.

Hélène Baudchon : Effectivement, aujourd'hui l'inflation est essentiellement énergétique, c'est-à-dire qu’elle est le résultat de la hausse des prix du pétrole sur fond d'alourdissement de la fiscalité sur les carburants. Donc aujourd'hui, pour parler véritablement d'un retour de l'inflation il faudrait un retour de l'inflation dite « sous-jacente », c'est-à-dire l'inflation corrigée de ses éléments les plus volatils (prix de l'énergie et de l'alimentation), des mesures fiscales et des tarifs publics. Or, aujourd'hui, cette inflation sous-jacente reste particulièrement faible, elle est inférieure à 1 % sur un an.

François Doux : On observe toutefois un début de redressement. On a l'impression que les conditions sont réunies pour un retour dans les prochains mois.

Hélène Baudchon : C'est exact. En plus de l'effet retardé qu'on attend de la croissance un petit peu plus forte, on a d'autres signaux avant-coureurs comme les composantes ‘prix de production’ et ‘délais de livraison’ des indices PMI de Markit, le jugement des chefs d'entreprise sur les perspectives générales de prix dans les enquêtes de l'INSEE.

On peut aussi compter sur les effets de second tour de la nette remontée des prix du pétrole qui devraient se traduire par un peu plus d'inflation sous-jacente. Et puis l'inflation salariale commence également à se redresser et les difficultés de recrutement actuelles peuvent aussi pousser les salaires à la hausse.

François Doux : Il est clair qu'il y a une pression en amont, mais maintenant la question est de voir comment cette pression va se transmettre en aval.

Hélène Baudchon : C'est exact, c'est toute la question. Ce qu'il faut craindre, ce n'est pas qu'il y ait trop d'inflation mais pas assez. Car face à ces pressions conjoncturelles haussières que je viens d'évoquer, il y a aussi des pressions structurelles désinflationnistes fortes qui s'exercent.

François Doux : Mais pourquoi cette inquiétude finalement, Hélène Baudchon. Cette faiblesse de l'inflation a été voulue. C'est finalement le prix du succès de la politique de désinflation compétitive dont on parlait beaucoup dans les années 80. Or, dès lors que les salaires (hormis le SMIC) ne sont plus automatiquement indexés sur l’inflation, c'est une courroie de transmission naturelle qui est rompue.

Hélène Baudchon : Tout à fait, mais d'autres facteurs sont à l'œuvre. Ils pèsent sur la dynamique des salaires et de l'inflation et viennent encore plus distendre cette boucle prix-salaires. Tout cela aboutit à une inflation sous-jacente inconfortablement basse. Pêle-mêle parmi ces facteurs : la mondialisation, la concurrence, les efforts de compétitivité, l'essor des contrats à durée déterminée, la tertiarisation de l'économie, la révolution numérique, la baisse du taux de syndicalisation, la faiblesse des gains de productivité ou encore le vieillissement démographique. On a donc un renversement de situation assez notable : après avoir lutté contre une inflation trop forte, les banques centrales des pays développés se retrouvent à lutter contre une inflation trop faible. La BCE est engagée dans ce combat difficile. Il faut souhaiter qu'elle l’emporte pour le bon fonctionnement de l'économie.

François Doux : Merci Hélène Baudchon pour ce point sur l'inflation ; à vos manuels d'économie si vous n'avez pas tout compris. Dans un instant on va parler de la croissance et de la volatilité des marchés financiers. C'est le Graphique du mois avec William De Vijlder.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

12/11/2018
France : une illustration de l'interdépendance des réformes 05/11/2018
Les Macronomics, appellation regroupant l’ensemble des réformes structurelles et mesures de politique budgétaire mises en œuvre par Emmanuel Macron et son gouvernement, suivent une double logique de « libérer et protéger » les entreprises et les individus afin de stimuler la croissance et l’emploi. Le cœur de l’action passe par un soutien de l’offre, secondé par un soutien de la demande. Ces Macronomics sont menés sur plusieurs fronts simultanément, chaque bloc (marché du travail, entreprises, pouvoir d’achat des ménages, intervention de l’Etat et Grand Plan d’Investissement) interagissant avec les autres dans une interdépendance forte. Certaines de ces réformes sont en vigueur (code du travail, fiscalité), d’autres viennent d’être votées (loi Avenir professionnel, loi PACTE) et d’autres encore sont en cours d’élaboration (réforme de l’Etat, réforme des retraites). Si l’on peut attendre de ces réformes des effets positifs significatifs, ceux-ci se feront sentir sur le long terme.   Pour aller plus loin : Lire l'article d'Hélène Baudchon : France : premier aperçu du budget 2019
France : Estimation de l'écart de production en temps réel 31/10/2018
Positionner l’économie dans son cycle est un exercice nécessaire mais entouré d’incertitudes tenant à la difficulté d’estimer l’écart de production, qui est l’indicateur de référence. La mobilisation de différents indicateurs de tensions issus des enquêtes de l’INSEE (taux d’utilisation des capacités de production et soldes d’opinion relatifs au manque de main-d’œuvre et à l’insuffisance de la demande dans l’industrie, les services et le bâtiment) permet de contourner ces écueils et de construire une mesure directe et en temps réel de l’écart de production et, autre avantage, peu sujette à révision.   Cette approche alternative reproduit bien l’écart de production tel qu’estimé par la Commission européenne, ce qui amène à considérer son évolution récente comme donnant une indication plus juste du degré d’avancement du cycle : en l’occurrence, celui-ci serait plus avancé que ce qu’indique l’écart de production traditionnel. Et la version trimestrielle donne même des signes de plafonnement, qui pourraient être annonciateurs, non pas de la fin du cycle, mais de son possible point haut.
Rebond en vue 19/10/2018
Encore timides il y a un mois et demi, les signes du rebond attendu de la croissance au troisième trimestre sont plus nets aujourd’hui. Hormis la confiance des ménages (qui a surpris à la baisse et se situe en dessous de sa moyenne), les autres indicateurs portant sur le troisième trimestre (climat des affaires, production et consommation) ont surpris favorablement et se situent au-dessus de leur moyenne.
17/10/2018
Croissance soutenue de l'intérieur 17/10/2018
Après un accès de faiblesse marqué au premier semestre 2018, la croissance française devrait reprendre quelques couleurs, en dépit d’un environnement économique mondial moins porteur. Les baisses d’impôts et les revalorisations de minima sociaux programmées pour la fin de l’année devraient soutenir la consommation des ménages. L’impact positif perdurerait en 2019, qui marquerait un ralentissement somme toute limité. D’autres mesures de soutien budgétaire sont prévues, tandis que les premiers effets des réformes du marché du travail et de la loi PACTE pourraient se faire sentir.
Premier aperçu du budget 2019 24/09/2018
Confronté à une croissance moins élevée que prévu, le gouvernement a revu à la hausse le déficit budgétaire pour 2018 et 2019. Il prévoit désormais un déficit d’environ 2,6% du PIB en 2018 et de 2,8% en 2019 (contre, respectivement, 2,3% et 2,4% dans le programme de stabilité d’avril 2018). Le creusement du déficit en 2019 est dû à la bascule du CICE en baisse de charges, dont le coût budgétaire se monte à environ 1 point de PIB. Il masque une amélioration du déficit structurel, qui devrait être de l’ordre de 0,3 point, grâce à un effort sur les dépenses. Les préconisations des experts du « Comité d'action publique 2022 » (Cap 2022) en matière d’économies budgétaires ne sont pas reprises in extenso, mais certaines mesures gouvernementales s’en inspirent. Elles sont, toutefois, distillées au compte-goutte, ce qui ne permet pas de dégager une vision d’ensemble pour le moment.
France : éléments de cadrage du budget 2019 21/09/2018
Confronté à une croissance moins élevée que prévu, le gouvernement français a revu en hausse ses objectifs de déficit budgétaire.
Cycle, conjoncture : où en est l'économie française ? 11/09/2018
Au premier semestre 2018, la croissance française a sensiblement ralenti. En apparence, son rythme trimestriel est même repassé en deçà de la croissance potentielle faisant état d'un infléchissement plus marqué qu'il ne l'est en réalité.
10/09/2018

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1938 articles et 533 vidéos