eco TV
EcoTV - Février 2017 07/02/2017

TRANSCRIPT // EcoTV - Février 2017 : février 2017

François Doux : Bonjour à tous et bienvenue dans cette nouvelle édition d’ECOTV, le magazine des économistes de BNP Paribas. Au sommaire de cette édition de février, après un début d’année en fanfare, les marchés américains et l’économie américaine vont-ils connaître un retour de balancier ? C’est la question qui sera abordée par le chef économiste William de Vijlder. Ensuite, pour le graphique du mois Jean-Luc Proutat va nous parler de la France. Une France qui perd des parts de marché dans les exportations mondiales. Enfin on va terminer avec la Corée du Sud, trois questions à Hélène Drouot pour parler du ralentissement de la croissance en Corée. Bonne émission.

 

François Doux : Aux Etats-Unis en ce début d’année 2017, tant les statistiques économiques que les marchés financiers sont très optimismes. William de Vijlder, bonjour.

 

William De Vijlder : Bonjour.

 

François Doux : William, doit-on s’attendre à un retour de balancier sachant que cette tendance est plutôt claire ?

 

William De Vijlder : La tendance a été claire. Effectivement, les statistiques ont largement dépassé les attentes des économistes. La bourse a très bien évolué depuis l’élection de monsieur Trump. Tout ceci avec en toile de fond un optimisme par rapport aux perspectives de croissance et de relance budgétaire.

 

François Doux : Et qu’est-ce qui peut provoquer ce retour de balancier ?

 

William De Vijlder : Un des facteurs pourrait être le fait que l’on se rende compte que nous avons été finalement trop optimistes et que la réalité ne correspond pas aux espoirs. Notamment au niveau de l’ampleur de la relance budgétaire ou de ses conséquences. Dans ce scénario, la bourse commencerait à avoir un comportement très chahuté, les taux longs baisseraient, les perspectives d’un resserrement monétaire et le dollar baisseraient, etc…

 

François Doux : Et William, si la croissance est au rendez-vous, si le climat des affaires est bon, le chômage etc…Qu’est ce qui se passe ?

 

William De Vijlder : Alors on est dans le schéma tout à fait contraire, c’est-à-dire que la perspective d’un resserrement plus agressif de la Fed va commencer à dominer les esprits. Les taux longs vont monter d’une manière plus significative, ce qui finirait par peser sur les perspectives boursières bien évidemment parce que quand les taux montent, cela pénalise. Et on aurait également un dollar plus fort.

 

François Doux : Donc ce retour de balancier. C’est une année 2017 avec des changements de direction en particulier aux Etats-Unis auxquels il faut s’attendre.

 

William De Vijlder : Effectivement, dans un monde idéal on arrive à avoir une croissance suffisante sans être exagérée. Ce qui permettrait une grande sérénité dans le marché obligataire, dans le marché boursier, et la Réserve fédérale continuerait à resserrer mais sans vraiment y aller de manière agressive.

 

François Doux : Le monde idéal n’existe pas toujours !

 

William De Vijlder : Oui, c’est rarissime. Ce point est d’autant plus important qu’entre-temps on ne peut pas exclure qu’il y ait des chocs exogènes. Par exemple, il faut mentionner à ce propos le risque d’une montée du protectionnisme qui pourrait même provoquer des mesures à l’encontre des Etats-Unis. On se retrouverait alors dans une situation perdant/perdant.

 

François Doux : Merci William de Vijlder pour ce point cette année 2017, en particulier aux Etats-Unis. Dans un instant, on parle de la France. C’est le graphique du mois avec Jean-Luc Proutat.

 

 

François Doux : Pour ce graphique du mois nous parlons de la France et de sa place dans le commerce international mondial. Bonjour Jean-Luc Proutat.

 

Jean-Luc Proutat : Bonjour François.

 

François Doux : Jean-Luc, sur ce graphique on le voit : la France perd des parts de marché au niveau des exportations mondiales. On était aux alentours de 6% à la fin des années 90, aujourd’hui on est à peine à 3%. Pourquoi ?

 

Jean-Luc Proutat : On peut commencer par dire que ce n’est pas un phénomène propre à la France. Tous les grands pays développés connaissent des pertes de parts de marché depuis une vingtaine d’années, y compris l’Allemagne. C’est simplement lié au fait qu’il y a de plus en plus d’acteurs sur la scène du commerce international. Avec 3% de part de marché, la France reste au cinquième ou sixième rang des exportateurs mondiaux.

 

François Doux : Donc, tout ne va pas si mal ?

 

Jean-Luc Proutat : Alors effectivement, on pourrait penser que tout ne va pas si mal. Ceci dit, la France a structurellement des difficultés à équilibrer sa balance commerciale. Et elle a perdu beaucoup de parts de marché, davantage que ses principaux voisins et concurrents. 

 

François Doux : Et de ce fait, l’appartenance à la zone Euro a-t-elle eu un impact ?

 

Jean-Luc Proutat : C’est difficile de dire que cela a eu un impact parce que la France appartient à la zone euro mais le Royaume-Uni, qui n’est pas dans la zone Euro, a connu également une érosion assez importante de ses parts de marché. En fait, on relève surtout les difficultés propres à la France à rester compétitive sur ces marchés mondiaux.

 

François Doux : La fameuse question des coûts de production.

 

Jean-Luc Proutat : C’est la question des coûts de production mais pas seulement. Il est vrai que depuis une vingtaine d’années, les entreprises françaises ont connu une hausse assez marquée de leurs coûts salariaux, notamment indirects, comme les cotisations employeurs. C’est une des causes que relève l’Insee pour expliquer ce phénomène, mais aussi la compétitivité hors coûts. Tous les services attenants attachés aux produits que l’on exporte : marketing, commercialisation, service après-vente, qualité perçue des marques. Et là, notamment vis-à-vis de l’Allemagne, on a perdu quelques rangs.

 

François Doux : Quand on regarde cette courbe, depuis 2012/2013 cela se stabilise, voire cela se redresse un peu, pourquoi ?

 

Jean-Luc Proutat : On peut penser à la baisse de l’euro, c’est un facteur d’explication. Mais aussi, dans le sillage du rapport Gallois, à la réorientation de la politique économique plus favorable aux entreprises et à l’offre qui a permis de stabiliser la compétitivité-coût de la France à l’exportation.

 

François Doux : Merci Jean-Luc Proutat pour ce point sur les exportations françaises. Dans un instant, on parle d’un autre pays exportateur, la Corée du Sud avec Hélène Drouot.

 

François Doux : En Corée du Sud la croissance ralentit depuis deux trimestres consécutifs. Hélène Drouot bonjour.

 

Hélène Drouot : Bonjour.

 

François Doux : Première question : ce ralentissement est-il dû à la crise politique ?

 

Hélène Drouot : Pas vraiment. Il est vrai que le Parlement s’est prononcé début décembre pour la destitution de la présidente Park. Mais, au-delà du scandale politique, c’est l’échec de la politique mise en place par le gouvernement depuis son arrivée au pouvoir en 2012 qui est sanctionné. Pour autant, les institutions sont solides en Corée et l’effet sur la croissance devrait être temporaire.

 

François Doux : Deuxième question : quelles sont les véritables causes de ce ralentissement économique ?

 

Hélène Drouot : Il y a plusieurs causes. Du point de vue de la demande interne, la restructuration du secteur naval, qui est très important en Corée, et le niveau élevé de la dette des ménages pèsent sur la croissance. D’autant que la politique économique n’est pas d’un grand secours puisque la Corée se tient à une gestion très stricte de son budget. Et du point de vue de la demande externe, les exportations restent très affaiblies, notamment les exportations du secteur électronique.

 

François Doux : Troisième et dernière question Hélène : quels sont les risques pour cette économie coréenne dans les mois et les années à venir ?

 

Hélène Drouot : Le principal risque pour la Corée reste sa dépendance à son secteur exportateur. D’une part parce que la Corée est très intégrée mondialement et régionalement, ce qui l’expose d’autant plus à un ralentissement de la croissance en Chine. Mais aussi parce qu’avec la montée du protectionnisme, que l’on observe au cours deux dernières années, la Corée pourrait être doublement pénalisée. Directement si le traité de libre-échange avec les Etats-Unis était renégocié. Et indirectement puisque la Corée exporte vers la Chine des produits qui sont à des fins de réexportation. Donc si les produits chinois étaient sanctionnés, la Corée serait indirectement pénalisée.

 

François Doux : A suivre, ce commerce international pour la Corée. Merci Hélène Drouot, on se retrouve dans un mois pour nouveau numéro d’ECOTV.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

La volatilité récente des marchés : décryptage et enseignements 14/05/2018
Comment expliquer la volatilité des marchés actions aux États-Unis au mois de février 2018 ? C'est l'un des sujets traités par l'enquête trimestrielle de la Fed de New York réalisée auprès des grands gérants d'actifs.
Réserve fédérale : les défis d'un objectif d'inflation symétrique 04/05/2018
L’inflation américaine est très proche de l’objectif de la Fed, qui s’attend à ce qu’il en soit ainsi pendant un certain temps. Elle a réaffirmé la nature symétrique de son objectif d’inflation, ce qui laisse plus de flexibilité. Un dépassement de la cible impliquerait une plus forte sensibilité du marché à des surprises d’inflation.
Fed : rendez-vous en juin 04/05/2018
Sans surprise, la réunion du FOMC a laissé inchangé le taux des fed funds. Le communiqué était très équilibré mais insistait sur le caractère symétrique de l’objectif d’inflation. Il sera particulièrement intéressant de lire les minutes (publication attendue vers le 23 mai), et en particulier la partie qui concernera le cycle de resserrement monétaire en cours. La poursuite d’une croissance soutenue semble acquise. Le débat portera donc sur l’inflation et jusqu’où la Réserve fédérale acceptera un dépassement de son objectif.
Etats-Unis : de plus en plus difficile de dépasser les attentes 27/04/2018
A l'exception du chiffre global de l'inflation, tous les chiffres récents du graphique étaient en ligne voire supérieurs à leur moyenne à long terme. Ceci reflète une conjoncture particulièrement bien orientée dans un cycle qui atteint déjà une certaine maturité. En revanche, l'image est mixte lorsqu'on compare aux attentes. La croissance du PIB réel au T1 2018 les a largement dépassé. Dans une moindre mesure ceci est également le cas pour les ventes au détail et la production industrielle au mois de mars de même que pour la confiance des ménages en avril. Le taux de chômage et les deux indicateurs ISM par contre sont restés en-deçà des prévisions en mars.
Etats-Unis : vers un assouplissement de l’exigence de levier des grandes banques 18/04/2018
La semaine dernière, la Réserve fédérale et l’Office of the Comptroller of the Currency ont proposé d'alléger la contrainte de levier des huit plus grandes banques américaines (G-SIB). Actuellement, l'exigence (5% sur base consolidée) s'applique uniformément, indépendamment de l'empreinte systémique de chacune des G-SIB. Il s'agirait de recalibrer le seuil à hauteur de 3% augmenté de la moitié de la surcharge de capital G-SIB propre à chaque établissement. L’alternative consisterait à maintenir la contrainte à 5% mais en excluant du dénominateur les réserves en banque centrale. D’après nos calculs, le matelas de fonds propres en excès de la contrainte minimale serait accru d’environ 75 points de base en moyenne quelle que soit l’option retenue. Toutes choses égales par ailleurs, la destruction de réserves en banque centrale, qui résultera du dégonflement du bilan de la Réserve fédérale, devrait toutefois progressivement rendre la seconde option moins attrayante.
L’America First menace-t-il le commerce mondial ? 13/04/2018
Les relations commerciales entre les États-Unis et ses principaux partenaires, notamment la Chine, se tendent.
Par-dessus les règles 13/04/2018
La politique commerciale des Etats-Unis se durcit et s’écarte de plus en plus des règles de l’Organisation mondiale du commerce. Les marchés d’actions, qui avaient applaudi aux baisses d’impôts du président Trump, goûtent moins les velléités protectionnistes de ce dernier. Compte tenu de l’imbrication transnationale des échanges, leur contraction est peu probable ; mais l’atmosphère devient, à coup sûr, plus conflictuelle. Pour l’heure, l’économie américaine poursuit sur sa lancée. Avec 3% de croissance attendu en 2018, elle entre dans sa neuvième année d’expansion. Elle manifeste aussi quelques signes de tensions, de quoi inciter la Réserve fédérale à poursuivre le resserrement graduel de sa politique monétaire.
L’aplatissement de la courbe des rendements américains n’a rien d’inquiétant, pour l’instant 11/04/2018
L'aplatissement de la courbe des taux américains retient de plus en plus l'attention des analystes parce qu'historiquement, les inversions des courbes de rendement ont été suivies de récessions. La situation actuelle est différente: la croissance est forte, le taux des Fed Funds corrigé de l'inflation reste très bas et le faible écart entre les obligations d'entreprises high yield et les bons du Trésor américain implique de bonnes conditions de financement.
Aux limites de l'America First 11/04/2018
A l’heure où les relations commerciales se tendent entre les Etats-Unis et la Chine - les premiers accusant la seconde de concurrence déloyale et envisageant de taxer une centaine de ses produits, la seconde menaçant les premiers de rétorsions - il peut être utile de rappeler à quel point la conjoncture américaine dépend du commerce international. Le graphique de la semaine illustre la corrélation forte qui existe, d’une part, entre l’indice phare du climat des affaires aux Etats-Unis (celui fourni par l’Institute for Supply Management) et, d’autre part, le volume des échanges mondiaux. Début 2018, l’un et l’autre tutoient les sommets, ce qui indique croissance et emplois. Il n’est donc pas sûr que l’America First, s’il venait à casser cette dynamique, fasse beaucoup d’heureux.
Le sort de Fannie Mae et Freddie Mac n’est pas scellé 04/04/2018
Aucune des propositions législatives visant à réformer le marché hypothécaire américain n’a, pour l’heure, abouti. Elles procèdent pour la plupart d’une même considération : si les garanties publiques sont indispensables à la liquidité et à la stabilité du marché hypothécaire, l’Etat fédéral ne saurait, à lui seul, assumer l’essentiel des risques de défaut de paiement, qui plus est par le biais de deux agences, Fannie Mae et Freddie Mac, en difficulté financière. A défaut d’une loi, le régulateur de ces deux agences a jeté lui-même les bases d’une réforme en développant un programme de transfert des risques de crédit « non extrêmes » vers le marché.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1796 articles et 492 vidéos