Les marchés face aux incertitudes : aveuglement ou les yeux grands ouverts ? 17/02/2017

L’économie mondiale fait face à de nombreuses incertitudes mais certains indices boursiers atteignent de nouveaux sommets. Inefficience des marchés ou un comportement rationnel ?

William DE VIJLDER

TRANSCRIPT // Les marchés face aux incertitudes : aveuglement ou les yeux grands ouverts ? : février 2017

Malgré le fort degré d’incertitude que connaît l’économie mondiale, les marchés boursiers enregistrent de nouveau des plus hauts. Pourquoi ?

Les trois principaux indices actions américains ont enregistré des plus hauts ces derniers jours, tout comme l’indice mondial.

Dans le même temps, Janet Yellen a souligné lors de son allocution au Congrès américain les incertitudes que rencontre la Fed actuellement.

En Europe, la Commission européenne a dévoilé, cette semaine, ses prévisions économiques d’hiver en commençant par déclarer « qu’un fort degré d’incertitude entoure actuellement les perspectives économiques mondiales».

Enfin, sans grande surprise les media continuent très largement à faire référence à l’ « incertitude ».

Il est tentant d’en déduire un aveuglement des investisseurs, ou techniquement l’inefficacité des marchés. Mais ce serait faire preuve d’arrogance.

Une autre interprétation est possible : les investisseurs ont pleinement conscience des problèmes mais ils n’y accordent pas trop d’importance ; ils avancent les yeux grands ouverts, prudemment mais avec détermination. Cette détermination repose sur une stratégie de répulsion et d’attraction.

Le facteur de répulsion est le faible intérêt porté aux catégories d’actifs, ou plus largement la faiblesse du rendement attendu. Il en découle une tentative de saisir les opportunités qui restent.

Le facteur d’attraction est l’amélioration des perspectives de croissance depuis le deuxième semestre 2016 aux Etats-Unis, en Europe, au Japon mais aussi dans les pays émergents. Elle devrait se traduire par une croissance plus rapide des profits.

Qu’en est-il des incertitudes ? Elles semblent trop éloignées ou trop imprécises pour pouvoir être évaluées correctement. Cette situation est propice à une intensification des fluctuations des marchés au gré des mises à jour des vues, que les incertitudes se matérialisent… ou pas.

Cela signifie aussi que les prévisions économiques risquent de changer désormais plus souvent.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Changement de corrélation 15/02/2017
La corrélation négative entre les prix du pétrole et des métaux, qui était la règle depuis 2003, s'est inversée en 2016. La reprise dans l’industrie et la construction en Chine et l’accélération de la croissance aux Etats-Unis tirent de nouveau les prix à la hausse. D’autre part, le durcissement monétaire américain et la réduction de la facture énergétique extérieure des Etats-Unis, grâce au développement du pétrole et du gaz de schiste, jouent en faveur du dollar. Ces facteurs sont-ils solides ? Probablement, s’agissant du dollar. En revanche, le redressement des prix des matières premières reste fragile car l’offre peut s’ajuster rapidement à la demande, surtout pour le pétrole, et les risques baissiers sur la croissance chinoise demeurent élevés.
Perspectives 2017 27/01/2017
Nous révisons en hausse nos prévisions de croissance, d'inflation et de taux d'intérêt américains à horizon 2017 et 2018.  
Les dessous d'une corrélation 20/01/2017
La corrélation entre prix du pétrole et des métaux et le dollar est redevenue positive courant 2016. Mais elle reste fragile.
Dollar et prix des matières premières : les dessous de la corrélation 13/01/2017
Entre 2003 et jusqu’à la mi-2016, la corrélation négative entre dollar et prix des matières premières était la règle. Depuis la mi-2016, les cours du pétrole et des métaux évoluent de concert avec le dollar. Rupture de tendance ou dé corrélation passagère ?
Global : Synchronisation des surprises 11/01/2017
Les données économiques récentes se sont révélées solides et étonnamment favorables : les chiffres ont été meilleurs qu’attendu aux Etats-Unis, dans la zone euro et dans les marchés émergents (vingt pays au total).  Une telle synchronisation des surprises (les trois indicateurs se trouvant simultanément en territoire positif) n’est pas si courante. Cette embellie simultanée pourrait être due par coïncidence à des raisons propres à chaque pays, ou à un facteur commun comme la perspective d’une relance budgétaire aux Etats-Unis. Nous en saurons plus dans les prochains mois. Un autre élément frappant a été la forte hausse de l’indice de surprise de la zone euro qui a atteint un niveau tel qu’il devient de plus en plus difficile de continuer à surprendre favorablement.
Un bon début d'année avec beaucoup d'incertitudes 11/01/2017
Pour 2017, les incertitudes (négociations du Brexit, nouveau dosage de la politique économique américaine, élections) sont multiples mais nous partons sur une bonne base pour les affronter, les chiffres économiques récents ayant dans leur ensemble largement dépassé les attentes des analystes.
L'incertitude économique: un concept important mais complexe 06/01/2017
De plus en plus, les économistes prêtent attention à l'incertitude en raison de son effet sur la croissance, l'inflation et les marchés financiers. Ceci a conduit au développement d'indicateurs d'incertitude sophistiqués. L'expérience de 2016 montre que les marchés financiers sont très sensibles aux fluctuations de l'incertitude tandis que l'économie réelle réagit plus lentement.
Un euro faible pour longtemps 06/01/2017
L’euro à nouveau très bas contre dollar. Une situation qui devrait perdurer…
2017 : une année décisive pour les négociations sur le climat 06/01/2017
En novembre 2016, l'accord de Paris sur le climat entrait en vigueur et les pays décidaient même d'en accélérer la mise en oeuvre. Cependant, la présidence de Trump jette une ombre sur la capacité d'avancer.
L'année 2016 en graphiques 23/12/2016
2016 a été une année pleine de surprises sous bien des aspects : Brexit, victoire de Donald Trump, virage de la politique économique avec la perspective d’une approche moins monétaire et davantage budgétaire, accord de l'OPEP, de meilleures données économiques en fin d'année, etc. Sans oublier les fulgurantes fluctuations des marchés actions, obligations, devises et matières premières qui reflètent tout autant une évolution des fondamentaux économiques que le retour de l'appétit pour le risque des investisseurs. Les conséquences économiques de ces phénomènes seront particulièrement visibles en 2017. Nous ne manquerons pas de les décrypter tout au long de l'année dans nos diverses publications. Pour patienter, ce numéro spécial d'EcoFlash présente une sélection de graphiques indispensables pour comprendre 2016 mais aussi, bien souvent, pour envisager 2017.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1433 articles et 346 vidéos