eco TV Week

S'il n'y en avait qu'un...

06/10/2017

Le rapport emploi de septembre aura probablement été affecté par les dommages infligés par les ouragans, complexifiant un peu plus son analyse.

Alexandra ESTIOT

TRANSCRIPT // S'il n'y en avait qu'un... : octobre 2017

Le rapport emploi a toujours été la base de données à suivre quand il s’agit d’analyser la conjoncture américaine. On y lit, notamment, les revenus et la confiance des ménages, et donc les perspectives de consommation, la principale composante de la demande. Habituellement, les statistiques les plus attendues sont celles des créations mensuelles d’emplois, du taux de chômage et de la progression des salaires.

Il faut se garder de trop se préoccuper d’une évolution mensuelle. Ceci sera particulièrement important pour les données de septembre qui auront probablement été brouillées par les destructions apportées par des ouragans puissants. Il est toujours difficile d’estimer les effets, qu’ils soient directs ou indirects, notamment car les canaux sont multiples. Des conséquences semblent inévitables au vu des importantes fluctuations enregistrées par les données hebdomadaires d’inscription à l’indemnisation du chômage. Les zones affectées par les ouragans représentant entre 7% et 8% de l’emploi américain les effets pourraient être importants, même s’il faut garder en tête qu’ils seront probablement corrigés en octobre.

Les catastrophes climatiques n’affectent pas, le plus souvent, les perspectives de moyen terme, les destructions laissant place aux reconstructions. Il s’agira donc de se focaliser sur les tendances de fond de l’emploi. La plupart des données indiquent un marché du travail dynamique. L’économie crée environ 2,5 millions d’emplois l’an et le taux de chômage fluctue sous 4,5%. Pourtant, les salaires demeurent sages, trop sages, sur une pente de 2,5% environ, suggérant qu’un important sous-emploi reste à résorber.

La faiblesse de salaires est l’une des raisons de la faiblesse de l’inflation. Reste que bien que limitée, la croissance des salaires n’a pas ralenti depuis le début de l’année, et donc pas plus le pouvoir d’achat des ménages. Pourtant, l’inflation, elle, a subit un coup de frein, qu’on ne peut que très partiellement imputer à la valeur externe du dollar ou aux prix du pétrole. En l’absence de réponse convaincante et consensuelle aux raisons de ce ralentissement, la Fed continuera de progressivement normaliser sa politique monétaire, sans lâcher des yeux les salaires et les prix…

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Est-ce que l’économie américaine croît trop vite ? 08/06/2018
Les chiffres récents sur l’économie américaine ce trimestre indiquent une croissance solide et qui devrait le rester au vu des fondamentaux qui soutiennent la demande et du coup de pouce lié aux baisses d’impôts. On a, dans une certaine mesure, l’impression que l’économie « croît trop vite » : les inquiétudes du marché à l’égard d’une accélération de l’inflation pourraient refaire surface et conduire à un environnement plus volatil, rappelant celui de février dernier. Compte tenu de la robustesse de la croissance actuelle et d’un taux de chômage déjà très bas, le marché du travail pourrait finalement limiter le rythme de la croissance. En effet, comme les données historiques le montrent, lorsque le taux de chômage cesse de reculer, la probabilité d’une récession dans un avenir relativement proche se renforce sensiblement. 
Croissance soutenue 01/06/2018
La plupart des indicateurs économiques américains relatifs au climat économique, à l'activité et aux dépenses dépassent leur moyenne de long terme, reflétant ainsi un environnement de forte croissance. Le tableau est plus nuancé concernant l'inflation où tout dépend de la définition choisie.
Etats-Unis : Vers une érosion des marges bancaires nettes d’intérêt ? 30/05/2018
L’évolution récente de la structure des dépôts au bilan des institutions bancaires affiliées à la FDIC* est inédite. Lors des précédentes phases de resserrement monétaire, la transmission de la hausse des taux des fonds fédéraux aux taux de rémunération des comptes à terme ou d’autres produits d’épargne non bancaires avait accru le coût d’opportunité lié à la détention de dépôts peu ou non rémunérés. Le poids des dépôts à vue ou comptes d’épargne dans les bilans bancaires s’était de ce fait contracté. Depuis 2015, en revanche, il continue de progresser. L’abondance des dépôts, héritée de la politique d’assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale, n’a guère incité les banques à une concurrence sur les dépôts. Dans un contexte de remontée très lente des taux, à partir d’un niveau exceptionnellement bas, la préférence des épargnants pour la liquidité est restée forte. La poursuite du resserrement monétaire et la concurrence accrue sur les dépôts (normes de liquidité bâloises, émergence de nouveaux compétiteurs) pourraient toutefois inverser la tendance, au détriment des marges nettes d’intérêt. * Agence fédérale de garantie des dépôts
La volatilité récente des marchés : décryptage et enseignements 14/05/2018
Comment expliquer la volatilité des marchés actions aux États-Unis au mois de février 2018 ? C'est l'un des sujets traités par l'enquête trimestrielle de la Fed de New York réalisée auprès des grands gérants d'actifs.
Fed : rendez-vous en juin 04/05/2018
Sans surprise, la réunion du FOMC a laissé inchangé le taux des fed funds. Le communiqué était très équilibré mais insistait sur le caractère symétrique de l’objectif d’inflation. Il sera particulièrement intéressant de lire les minutes (publication attendue vers le 23 mai), et en particulier la partie qui concernera le cycle de resserrement monétaire en cours. La poursuite d’une croissance soutenue semble acquise. Le débat portera donc sur l’inflation et jusqu’où la Réserve fédérale acceptera un dépassement de son objectif.
Réserve fédérale : les défis d'un objectif d'inflation symétrique 04/05/2018
L’inflation américaine est très proche de l’objectif de la Fed, qui s’attend à ce qu’il en soit ainsi pendant un certain temps. Elle a réaffirmé la nature symétrique de son objectif d’inflation, ce qui laisse plus de flexibilité. Un dépassement de la cible impliquerait une plus forte sensibilité du marché à des surprises d’inflation.
Etats-Unis : de plus en plus difficile de dépasser les attentes 27/04/2018
A l'exception du chiffre global de l'inflation, tous les chiffres récents du graphique étaient en ligne voire supérieurs à leur moyenne à long terme. Ceci reflète une conjoncture particulièrement bien orientée dans un cycle qui atteint déjà une certaine maturité. En revanche, l'image est mixte lorsqu'on compare aux attentes. La croissance du PIB réel au T1 2018 les a largement dépassé. Dans une moindre mesure ceci est également le cas pour les ventes au détail et la production industrielle au mois de mars de même que pour la confiance des ménages en avril. Le taux de chômage et les deux indicateurs ISM par contre sont restés en-deçà des prévisions en mars.
Etats-Unis : vers un assouplissement de l’exigence de levier des grandes banques 18/04/2018
La semaine dernière, la Réserve fédérale et l’Office of the Comptroller of the Currency ont proposé d'alléger la contrainte de levier des huit plus grandes banques américaines (G-SIB). Actuellement, l'exigence (5% sur base consolidée) s'applique uniformément, indépendamment de l'empreinte systémique de chacune des G-SIB. Il s'agirait de recalibrer le seuil à hauteur de 3% augmenté de la moitié de la surcharge de capital G-SIB propre à chaque établissement. L’alternative consisterait à maintenir la contrainte à 5% mais en excluant du dénominateur les réserves en banque centrale. D’après nos calculs, le matelas de fonds propres en excès de la contrainte minimale serait accru d’environ 75 points de base en moyenne quelle que soit l’option retenue. Toutes choses égales par ailleurs, la destruction de réserves en banque centrale, qui résultera du dégonflement du bilan de la Réserve fédérale, devrait toutefois progressivement rendre la seconde option moins attrayante.
L’America First menace-t-il le commerce mondial ? 13/04/2018
Les relations commerciales entre les États-Unis et ses principaux partenaires, notamment la Chine, se tendent.
Par-dessus les règles 13/04/2018
La politique commerciale des Etats-Unis se durcit et s’écarte de plus en plus des règles de l’Organisation mondiale du commerce. Les marchés d’actions, qui avaient applaudi aux baisses d’impôts du président Trump, goûtent moins les velléités protectionnistes de ce dernier. Compte tenu de l’imbrication transnationale des échanges, leur contraction est peu probable ; mais l’atmosphère devient, à coup sûr, plus conflictuelle. Pour l’heure, l’économie américaine poursuit sur sa lancée. Avec 3% de croissance attendu en 2018, elle entre dans sa neuvième année d’expansion. Elle manifeste aussi quelques signes de tensions, de quoi inciter la Réserve fédérale à poursuivre le resserrement graduel de sa politique monétaire.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1819 articles et 500 vidéos