eco TV Week

S'il n'y en avait qu'un...

06/10/2017

Le rapport emploi de septembre aura probablement été affecté par les dommages infligés par les ouragans, complexifiant un peu plus son analyse.

Alexandra ESTIOT

TRANSCRIPT // S'il n'y en avait qu'un... : octobre 2017

Le rapport emploi a toujours été la base de données à suivre quand il s’agit d’analyser la conjoncture américaine. On y lit, notamment, les revenus et la confiance des ménages, et donc les perspectives de consommation, la principale composante de la demande. Habituellement, les statistiques les plus attendues sont celles des créations mensuelles d’emplois, du taux de chômage et de la progression des salaires.

Il faut se garder de trop se préoccuper d’une évolution mensuelle. Ceci sera particulièrement important pour les données de septembre qui auront probablement été brouillées par les destructions apportées par des ouragans puissants. Il est toujours difficile d’estimer les effets, qu’ils soient directs ou indirects, notamment car les canaux sont multiples. Des conséquences semblent inévitables au vu des importantes fluctuations enregistrées par les données hebdomadaires d’inscription à l’indemnisation du chômage. Les zones affectées par les ouragans représentant entre 7% et 8% de l’emploi américain les effets pourraient être importants, même s’il faut garder en tête qu’ils seront probablement corrigés en octobre.

Les catastrophes climatiques n’affectent pas, le plus souvent, les perspectives de moyen terme, les destructions laissant place aux reconstructions. Il s’agira donc de se focaliser sur les tendances de fond de l’emploi. La plupart des données indiquent un marché du travail dynamique. L’économie crée environ 2,5 millions d’emplois l’an et le taux de chômage fluctue sous 4,5%. Pourtant, les salaires demeurent sages, trop sages, sur une pente de 2,5% environ, suggérant qu’un important sous-emploi reste à résorber.

La faiblesse de salaires est l’une des raisons de la faiblesse de l’inflation. Reste que bien que limitée, la croissance des salaires n’a pas ralenti depuis le début de l’année, et donc pas plus le pouvoir d’achat des ménages. Pourtant, l’inflation, elle, a subit un coup de frein, qu’on ne peut que très partiellement imputer à la valeur externe du dollar ou aux prix du pétrole. En l’absence de réponse convaincante et consensuelle aux raisons de ce ralentissement, la Fed continuera de progressivement normaliser sa politique monétaire, sans lâcher des yeux les salaires et les prix…

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Chiffres solides et inflation maîtrisée 21/09/2018
A l'exception notable de l'inflation sous-jacente, tous les chiffres atteignent ou dépassent (de beaucoup) leur moyenne de long terme. De plus, les deux indices ISM, la confiance des consommateurs et les créations d'emplois ont dépassé les attentes en août. Cela ressemble fort à une "situation idéale"...
La Fed se méfie des étoiles 31/08/2018
Pour décider de son orientation de politique monétaire, la Fed considère les écarts entre l’objectif d’inflation et la hausse effective des prix, entre le taux de chômage et son niveau naturel, et entre le taux directeur et le taux d’intérêt « neutre ». Or, il est très difficile d’évaluer précisément ces valeurs de référence. La Fed adopte donc une approche pragmatique fondée sur les chiffres et la progressivité : la modération prévaut toujours.
Réserve fédérale : le cycle de resserrement monétaire est bien avancé, selon le marché 27/07/2018
D’après une étude récente de la Réserve fédérale, la pente de la partie courte de la courbe de taux est un indicateur plus fiable que l’écart de rendement entre les obligations à 10 ans et les titres à 1 ou 2 ans. De la même façon, nous pouvons analyser la différence entre le taux forward  Libor 3 mois et le taux spot. Cette différence s’est récemment creusée. Cependant, le niveau et le profil de la courbe forward dans son ensemble montrent que, d’après le marché, le cycle de durcissement de la politique monétaire de la Réserve fédérale est déjà bien avancé.
Courbe de taux américaine : il faut savoir ce que l’on veut 20/07/2018
Dernièrement, l’aplatissement de la courbe des Treasuries a été au centre des attentions car d’après les données historiques, les récessions sont précédées d’une inversion de la courbe. Une courbe de taux relativement plate n’annonce pas nécessairement une crise. L’histoire montre néanmoins que lorsque la courbe commence à se repentifier après s’être aplatie ou inversée, une récession est proche. Au lieu de se concentrer sur la pente, mieux vaut donc se demander quand la Réserve fédérale mettra un point final au resserrement de sa politique monétaire.
La psychologie du protectionnisme 20/07/2018
Les entreprises américaines sont de plus en plus confrontées aux conséquences des hausses des droits de douane et craignent que d'autres ne se produisent.
Fonds monétaires américains et financement en dollar 16/07/2018
La réforme des fonds monétaires américains de 2014 a conduit à une réallocation massive des liquidités placées auprès des fonds investis en dette privée (prime funds) vers ceux investis en dette publique (government funds). Les banques étrangères, emprunteuses nettes traditionnelles auprès des prime funds, ont été privées d’un accès au dollar, tandis que le Trésor américain et les agences fédérales de garantie hypothécaire bénéficiaient d’un afflux de ressources. Au fil du temps, l’éviction du secteur privé par le secteur public a été atténuée. Le surcroît d’épargne collecté par les government funds a en effet bénéficié aux banques, sous la forme de financements sécurisés directs (prise en pension de titres publics) ou indirects par le biais des Federal Home Loan Banks (FHLB). L’effet du retrait des prime funds sur les ressources allouées aux banques étrangères n’a toutefois pas été entièrement compensé. In fine, la réforme s’est traduite par un transfert de liquidités des banques étrangères vers les banques américaines. L’allongement de la chaîne d’intermédiation de l’épargne levée par les fonds monétaires et prêtée aux banques (via les FHLB) et le changement de nature des financements accordés (plus forte proportion de financements garantis) sont favorables aux ratios de liquidité LCR des banques. Ces deux évolutions entrent toutefois en contradiction avec l’objectif de stabilité financière posé par la réforme des fonds monétaires. Elles les exposent, d’une part, à des institutions financières très sensibles au risque hypothécaire et réalisant une importante transformation des maturités (les FHLB, Fannie Mae et Freddie Mac) et, d’autre part, à un marché relativement opaque (celui des repo).
Jeu dangereux 11/07/2018
La guerre commerciale voulue par le président américain Donald Trump prend un tour concret. Invoquant leur sécurité nationale, les Etats-Unis appliquent, depuis juin et vis-à-vis de leurs principaux partenaires, une surtaxe sur l’aluminium et l’acier ; et parce qu’ils subissent des rétorsions, ils menacent d’aller plus loin. Le risque d’escalade n’a jamais paru aussi grand et le climat, favorable, qui entourait jusqu’ici les échanges mondiaux commence à s’assombrir. Les marchés d’actions ou d’obligations d’entreprises, qui avaient applaudi les baisses d’impôts du président Trump, goûtent moins la dérive protectionniste de ce dernier. Si l’économie des Etats-Unis conserve de l’élan, les récents indicateurs de la conjoncture sont moins euphoriques.
Croissance tonique malgré des doutes 06/07/2018
La situation économique américaine dans son ensemble reste solide avec des chiffres qui dépassent les moyennes de long terme et les attentes (ISM manufacturier et non manufacturier, créations d'emplois, vente de détails).
La Chine dans le collimateur des Etats-Unis 04/07/2018
Les Etats-Unis ont fait de la réduction de leur déficit commercial (USD 795,7 mds en 2017) un enjeu majeur. La Chine, dont la part dans ce déficit s’élève à USD 375,6 mds, est particulièrement visée. Les deux pays ne sont pas parvenus à s’entendre et semblent engagés dans une logique de surenchère. La Chine a annoncé des mesures de représailles après que les Etats-Unis ont décidé, le 15 juin, d’une taxe additionnelle de 25% sur les importations de certains produits chinois pour un montant avoisinant USD 50 mds. Elle prévoit ainsi d’instaurer une taxe de 25% sur USD 50 mds d’importations de marchandises américaines, ce à quoi les Etats-Unis ont répondu qu’ils augmenteraient de USD 200 mds le montant des importations en provenance de Chine soumises à des droits de douane additionnels de 10%. Et si la Chine devait exercer de nouvelles représailles, ce montant augmenterait à nouveau de USD 200 mds.
Premières entailles à la loi Dodd Frank 28/06/2018
Le Congrès américain a satisfait une partie des velléités dérégulationistes du président Trump en écornant certains pans de la loi de régulation financière Dodd Frank. Le législateur resserre notamment les périmètres d’application des exigences de fonds propres (normes prudentielles, stress tests) et de liquidité. En parallèle, les régulateurs ont proposé d’assouplir certaines règles relevant de leur compétence. Le cadre réglementaire s’en trouverait simplifié et plus progressif, le cadre de supervision moins intrusif. Les mesures annoncées vont principalement bénéficier aux banques de taille modeste mais aussi aux banques régionales. A l’approche des élections de mi-mandat, la probabilité que des amendements majeurs soient apportés à la loi Dodd Frank semble limitée. S’agissant des modalités d’application de la loi, les marges de manœuvre des régulateurs restent en revanche entières. Dans ce contexte, les régulateurs n’en demeurent pas moins engagés à finaliser la traduction des règles bâloises en droit américain (ratio de liquidité à long terme NSFR, cadre spécifique au portefeuille de négoce FRTB, révision des approches standards de mesure des risques, plancher global de fonds propres).

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1892 articles et 520 vidéos