eco TV Week

Est-ce que l’économie américaine croît trop vite ?

08/06/2018

Les chiffres récents sur l’économie américaine ce trimestre indiquent une croissance solide et qui devrait le rester au vu des fondamentaux qui soutiennent la demande et du coup de pouce lié aux baisses d’impôts. On a, dans une certaine mesure, l’impression que l’économie « croît trop vite » : les inquiétudes du marché à l’égard d’une accélération de l’inflation pourraient refaire surface et conduire à un environnement plus volatil, rappelant celui de février dernier. Compte tenu de la robustesse de la croissance actuelle et d’un taux de chômage déjà très bas, le marché du travail pourrait finalement limiter le rythme de la croissance. En effet, comme les données historiques le montrent, lorsque le taux de chômage cesse de reculer, la probabilité d’une récession dans un avenir relativement proche se renforce sensiblement. 

William DE VIJLDER

TRANSCRIPT // Est-ce que l’économie américaine croît trop vite ? : juin 2018

Les statistiques économiques récentes aux Etats-Unis ont été, dans l’ensemble, particulièrement bonnes. Les chiffres sur le marché du travail, publiés au début du mois, ont dépassé les prévisions avec l’excellent dynamisme des créations d’emplois. Les indices ISM manufacturier et non-manufacturier ont encore augmenté, dépassant également les attentes.

L’estimation de croissance en temps réel sur le trimestre résume assez bien les flux de données. D’après la Fed d’Atlanta, sur la base des données récentes, la croissance annualisée en glissement trimestriel est estimée à 4,8 %.

La Fed de New York, qui utilise un autre modèle, estime la croissance à 3,3 %, en deçà de la Fed d’Atlanta, mais cela reste une excellente performance.

 

Même si le bon sens voudrait qu’une telle performance soit saluée, les économistes se montrent prudents.

N’oublions pas que l’économie, qui croît déjà au-dessus de son potentiel, va connaître une nouvelle accélération avec les baisses d’impôts. Il faut donc s’attendre à une nouvelle augmentation de l’utilisation des facteurs de production, ce qui, compte tenu d’un chômage déjà très bas, devrait conduire à une accélération des hausses de salaires et, plus généralement, à une remontée de l’inflation.

Cela pourrait entraîner un mouvement de balancier sur le marché qui, début février était obsédé par une inflation supérieure aux prévisions mais qui, récemment, a été soulagé devant des créations d’emplois aussi fortes. On peut supposer qu’avec des données toujours aussi robustes, les gardiens du « temple » obligataire ne manqueront pas de réagir, entraînant un retour de la volatilité sur les marchés.

 

Autre source de préoccupation, quoique moins immédiate : le taux de chômage a atteint un niveau si bas qu’à un moment donné, il se situera à la limite inférieure, de quoi limiter la croissance. Et il ne s’agit pas là d’une construction théorique : en Europe, nous observons déjà ce type d’évolution en Allemagne, de même que dans le secteur de la construction. 

Certes, un accroissement du taux d’activité pourrait permettre la poursuite des créations d’emplois mais leur rythme finirait par ralentir, ce qui pèserait, à son tour, sur la confiance en général, d’autant plus que, entretemps, la Fed aura encore relevé les taux.

Le point critique sera atteint lorsque le chômage recommencera à augmenter par rapport à l’année précédente car, comme le montre l’expérience, ce type d’évolution annonce une récession prochaine.

Aussi, un taux de croissance légèrement plus lent à court terme ne serait pas une mauvaise chose.

Merci d’avoir regardé cette émission. Je vous invite à nous rejoindre à nouveau la semaine prochaine pour une nouvelle édition d’EcoTV Week.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Excès de vitesse 17/10/2018
Baisses historiques d’impôts, hausses des dépenses militaires, transferts aux agriculteurs victimes de l’affrontement commercial avec la Chine… A l’approche des élections de mi-mandat, tout est mis en œuvre par l’Administration américaine afin d’euphoriser la conjoncture. Quitte à faire exploser le déficit fédéral, dont la hausse est l’une des plus fortes jamais enregistrées hors période de récession. Les finances publiques sont sur une trajectoire difficilement soutenable, l’économie aussi. Le quasi plein emploi des ressources, le plafonnement des ratios d’endettement d’entreprises, les valorisations boursières tendues, sont autant de signes avant-coureurs d’un atterrissage, que nous jugeons possible dès 2019.
Etats-Unis, les déficits explosent 10/10/2018
Baisses historiques d’impôts, hausses des dépenses militaires, transferts aux agriculteurs, premières victimes collatérales de l’affrontement commercial avec la Chine : à l’approche des élections de mi-mandat, tout est mis en œuvre par l’Administration Trump afin de soutenir la conjoncture. Quitte à faire exploser le déficit fédéral, dont la hausse est l’une des plus fortes jamais enregistrée hors période de récession. Les Etats-Unis, dit-on, peuvent se le permettre, grâce au statut international du dollar. Mais l’exercice a ses limites. A bien des égards, la politique américaine consiste à emballer un moteur qui fonctionne déjà à plein régime. Des tensions en découlent, les taux d’intérêt remontent. A 3,23% sur le compartiment de la dette fédérale à 10 ans, ils sont au plus haut depuis mai 2011.
Croissance américaine : fondamentaux solides mais des incertitudes liées à la politique commerciale 09/10/2018
Les fondamentaux solides de l'économie américaine devraient continuer à soutenir la croissance. Toutefois, les chefs d'entreprises sont de plus en plus inquiets de l'effet des mesures commerciales protectionnistes.
Taux d'ouverture et balances courantes : liaison incertaine 09/10/2018
Taxer les échanges permet-il d’éliminer les déficits ? Pas si sûr !
Quand la dépendance aux données crée le malaise 05/10/2018
Les indicateurs récents confirment la persistance d’une croissance robuste aux Etats-Unis. L’indice ISM non manufacturier a fait grimper les rendements des Treasuries : compte tenu de la dépendance de la forward guidance à l’égard des chiffres économiques, les marchés s’attendent à ce que la Fed ne reste pas inactive face à la vigueur particulière des données. Malgré le ralentissement de la croissance mondiale, en dehors des Etats-Unis, les rendements obligataires partout dans le monde ont emboîté le pas à leurs homologues américains. Le dollar s’est également raffermi, une mauvaise nouvelle pour les entreprises des pays en développement, dont beaucoup sont très endettées en dollar.
Fed : la courbe de Phillips est plate 28/09/2018
Le président de la Fed, Jerome Powell, a fait des déclarations importantes lors de sa conférence de presse. La politique budgétaire est sur une trajectoire non viable et la hausse généralisée et durable des droits de douane serait néfaste pour les Etats-Unis et le reste du monde. La politique monétaire américaine reste accommodante et dépendante de la conjoncture. Les marchés ont apprécié le ton modéré (« dovish ») de ce message.
Fed : changement dans la continuité 28/09/2018
"Cela dépend" est, en résumé, le message délivré par le président de la Fed, Jerome Powell, lors la conférence de presse qui a suivi la décision du FOMC d'augmenter de 25 points de base le taux cible. Une décision pleinement anticipée par les marchés. La suite du cycle de resserrement dépendra effectivement de l’évolution de la croissance et de l’inflation.
Chiffres solides et inflation maîtrisée 21/09/2018
A l'exception notable de l'inflation sous-jacente, tous les chiffres atteignent ou dépassent (de beaucoup) leur moyenne de long terme. De plus, les deux indices ISM, la confiance des consommateurs et les créations d'emplois ont dépassé les attentes en août. Cela ressemble fort à une "situation idéale"...
La Fed se méfie des étoiles 31/08/2018
Pour décider de son orientation de politique monétaire, la Fed considère les écarts entre l’objectif d’inflation et la hausse effective des prix, entre le taux de chômage et son niveau naturel, et entre le taux directeur et le taux d’intérêt « neutre ». Or, il est très difficile d’évaluer précisément ces valeurs de référence. La Fed adopte donc une approche pragmatique fondée sur les chiffres et la progressivité : la modération prévaut toujours.
Réserve fédérale : le cycle de resserrement monétaire est bien avancé, selon le marché 27/07/2018
D’après une étude récente de la Réserve fédérale, la pente de la partie courte de la courbe de taux est un indicateur plus fiable que l’écart de rendement entre les obligations à 10 ans et les titres à 1 ou 2 ans. De la même façon, nous pouvons analyser la différence entre le taux forward  Libor 3 mois et le taux spot. Cette différence s’est récemment creusée. Cependant, le niveau et le profil de la courbe forward dans son ensemble montrent que, d’après le marché, le cycle de durcissement de la politique monétaire de la Réserve fédérale est déjà bien avancé.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1917 articles et 528 vidéos