eco TV Week

Zone euro : Inflation en vue?

19/05/2017

Faut-il croire au retour de l'inflation d'ici la fin de l'année ?

Thibault MERCIER

TRANSCRIPT // Zone euro : Inflation en vue? : mai 2017

Malgré l’embellie conjoncturelle, les tensions inflationnistes demeurent faibles en zone euro. Plus spécifiquement,  l’inflation sous-jacente ne montre toujours pas de signes convaincants de redressement. Le pic du mois d’avril, qui a vu l’inflation sous-jacente bondir à 1,3%, est essentiellement temporaire et lié à des décalages dans le calendrier des vacances de Pâques.

Fondamentalement, la faiblesse de l’inflation renvoie au déficit d’activité et d’emploi qui caractérise toujours la zone euro en dépit de la reprise. Ce déficit se traduit notamment par une progression lente des salaires. Pour que la reprise entre dans sa phase inflationniste, il faut que la situation sur le marché du travail s’améliore davantage. En principe il faut que le taux de chômage atteigne son niveau dit « structurel », celui justement à partir duquel se matérialisent des tensions sur les salaires.

L’OCDE calcule un taux de chômage structurel en zone euro à 8,8%, c’est-à-dire  0,7 point en deçà du niveau aujourd’hui constaté. Si l’on se fie à cette estimation et que la tendance à la baisse du taux de chômage se poursuit au rythme actuel, l’économie européenne devrait progressivement entrer dans une phase inflationniste d’ici la fin de l’année. Dans cette optique, il est logique que la Banque centrale européenne commence à étudier les modalités de retrait de ses mesures de soutien à l’économie.

Mais le redressement de l’inflation pourrait prendre davantage de temps. En effet, il est possible que le taux de chômage ne donne qu’une image partielle du niveau des capacités de production sous employées. Dans une note récente, des économistes de la BCE ont calculé une mesure plus large du sous-emploi incluant des personnes à temps partiel désirant travailler plus et des personnes sans emploi mais non répertoriées comme chômeurs. Ils arrivent à une mesure des capacités excédentaires de l’ordre de 18% soit le double du taux de chômage aujourd’hui observé en zone euro. Si tel était le cas, le rétablissement complet du marché de l’emploi serait alors un processus beaucoup plus graduel, de même que la normalisation de la politique monétaire, en ligne finalement avec l’expérience américaine.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Soutien domestique, risques internationaux 25/05/2018
D’après le compte-rendu de sa dernière réunion, la BCE reste confiante dans les perspectives de croissance malgré le léger fléchissement de certaines données récentes. Les risques sont surtout liés à des facteurs internationaux, devenus plus préoccupants, notamment la menace protectionniste. Un sujet d’inquiétude que partage la Réserve fédérale.
Inflation modérée et détérioration du sentiment économique 25/05/2018
L'inflation, bien que conforme aux attentes, est en deçà de la moyenne de long terme, d'où les hésitations de la BCE à modifier sa politique. L'activité économique et les données relatives à la demande, quant à elles, dépassent leur moyenne de long terme.
Zone euro : contributions à l'inflation totale 23/05/2018
Le graphique montre la contribution respective des principales composantes de l’inflation totale (inflation sous-jacente, énergie, alimentation). On voit que le pic d’inflation à 2%, constaté au tournant de l’année 2017, a été essentiellement dû à la composante énergie. L’inflation sous-jacente, de son côté, est restée beaucoup plus stable, ce qui explique le maintien d’une politique monétaire très accommodante par la BCE. La tendance haussière des prix du pétrole à l’œuvre actuellement devrait à nouveau tirer l’inflation totale à la hausse dans les prochains mois. Reste à voir comment réagira la composante sous-jacente, et donc la BCE, cette fois-ci. Une hausse des prix de l’énergie est une source de risque pour l’économie européenne alimentant la prudence de la BCE. Mais avec un marché du travail plus tendu, notamment au nord de la zone euro, la BCE sera également attentive aux éventuels effets de second tour.
Impulsion du crédit 11/05/2018
Le crédit bancaire a poursuivi, en glissement annuel, sa légère accélération au premier trimestre 2018, en ligne avec la croissance du PIB. La demande de crédit, tant des ménages que des entreprises, est demeurée favorablement orientée tandis que les conditions d’octroi s’assouplissaient pour l’ensemble des clientèles.
Zone euro : un tassement du sentiment, mais des fondamentaux toujours au beau fixe 27/04/2018
Les indices du sentiment économique sont en baisse depuis quelques mois, y compris dans la zone euro. Malgré des évolutions historiques différentes, les replis cycliques du sentiment dans la zone euro ont tendance à se prolonger sur plusieurs mois. Au vu des fondamentaux actuels, on peut supposer que ce repli du sentiment indique simplement une certaine modération de la croissance
La BCE reste prudente 27/04/2018
La BCE est restée prudente en avril, la modération actuelle de la croissance pouvant donner lieu à plusieurs interprétations. Une annonce de tapering pourrait n'intervenir qu'en juillet.
Des poches d'« esprits animaux » ? 20/04/2018
L’évaluation de la situation économique globale par les ménages du quartile supérieur est plus sensible au cycle que celle des ménages du quartile inférieur. La première est particulièrement positive depuis début 2017 même si l’évaluation de leur situation financière n’a pas plus augmenté que celle du quartile inférieur. Peut-être les ménages du 4e quartile se sentent-ils moins incertains quant à l’avenir.
Fléchissement des indicateurs de sentiment 20/04/2018
Les indicateurs basés sur des résultats d'enquêtes récents sont en repli. Ceux de mars étaient conformes ou légèrement en deçà des attentes du consensus. Leur niveau reste néanmoins élevé et bien au-dessus de la moyenne de long terme. Mais l'inflation reste en deçà de la moyenne de long terme bien que la perspective d'une croissance supérieure au potentiel devrait permettre une remontée de l'inflation.
Pic de confiance des consommateurs ? 13/04/2018
Les points de retournement de l’opinion des ménages sur l’opportunité de faire des achats importants précèdent ceux de l’indice global de confiance. La différence d’opinion concernant ces dépenses entre les ménages des quartiles de revenus supérieur et inférieur est très cyclique et les points de retournement de cette courbe précèdent ceux de la confiance des consommateurs. A en juger par des observations récentes, le pic cyclique de confiance des consommateurs n’est plus très loin.
Encore de la marge 13/04/2018
La reprise devrait se poursuivre à un rythme soutenu en 2018. C’est en tout cas ce qu’indiquent les récentes enquêtes de confiance et plus fondamentalement l’absence de tensions inflationnistes, qui suggère la présence de ressources encore inemployées dans l’économie. Le maintien d’une croissance robuste alimente les débats autour du niveau véritable de l'écart de production et du rythme de la croissance potentielle. Cette double incertitude explique pourquoi la patience, la persévérance et la prudence restent les mots d’ordre de la BCE malgré les bonnes performances de croissance.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1796 articles et 492 vidéos